Décès de Lindsay Aza: le rapport médical évoque une strangulation

Avec le soutien de
Lindsay Aza avait été retrouvé suspendu à une poutre sous la véranda de son domicile, le lundi 1er octobre 2012.

Lindsay Aza avait été retrouvé suspendu à une poutre sous la véranda de son domicile, le lundi 1er octobre 2012.

«Mon frère se portait bien la veille de son décès lorsque je lui ai rencontré. Il n’y a aucune raison pour qu’il se suicide.» C’est en ces termes que le frère du défunt travailleur social Lindsay Aza, a témoigné devant le magistrat Vignesh Ellayah en cour de Pamplemousses ce mercredi 5 septembre. Cela, dans le cadre de l’enquête judiciaire initiée pour faire la lumière sur les circonstances sur la mort de Lindsay Aza, qui a été retrouvé mort à son domicile à Baie-du-Tombeau en octobre 2012. Le rapport médical a été produit en cour et a  confirmé que Lindsay Aza est mort d’une strangulation.

Le témoin Sylvain Aza, raconte que son frère affichait bonne mine la veille de son décès. «Il venait d’un voyage de la Chine et il me racontait qu’il avait reçu une récompense du Directeur des poursuites publiques pour son travail bien accompli en tant que travailleur social. Je suis sûr qu’il n’y a aucune raison pour qu’il mette fin à sa vie», poursuit le témoin.

Me Erickson Mooneapillay, avocat de la famille, a demandé que des photos du lieu où la victime se trouvait soient produites en cour. Ainsi une boite de cigarette et une bouteille de whisky se trouvaient sur les lieux. Sylvain Aza s’est dit ahuri car son frère, dit-il, ne fumait jamais ni consommait de l’alcool.

Autre témoin qui a défilé à la barre : une dénommée Edoobacus qui avait affirmé à la police être l’alibi d’un suspect inquiété dans cette affaire. Le suspect avait, quant à lui, soutenu qu’il n’a rien à voir avec le décès du travailleur social. Mais le témoin est revenu sur sa version des faits en cour, avançant que le suspect lui aurait demandé de mentir sur son alibi. L’enquête judiciaire se poursuivra le 23 octobre.

Pour rappel, Lindsay Aza avait été retrouvé suspendu à une poutre sous la véranda de son domicile, le lundi 1er octobre 2012. Dans un premier temps, la police avait privilégié la thèse du suicide. Toutefois, la famille du président de l’ONG Elan avait rejeté cette éventualité, réclamant une nouvelle enquête. Les frères et sœurs de Lindsay Aza ayant relevé plusieurs zones d’ombre entourant sa mort.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires