Révision salariale: une grève générale des employés de la MRA pas à écarter

Avec le soutien de
 Jean-Claude Jonckeer (au centre), président de la Mauritius Revenue Authority Staff Association, face à la presse, ce mardi 4 septembre.

Jean-Claude Jonckeer (au centre), président de la Mauritius Revenue Authority Staff Association, face à la presse, ce mardi 4 septembre.

L’attente se fait longue, trop. Et l’impatience gagne les rangs des employés de la Mauritius Revenue Authority (MRA), qui n’ont toujours pas obtenu de révision salariale. Face à la presse, ce mardi 4 septembre, ils ont annoncé leur intention d’avoir recours à la Commission de conciliation et de médiation (CCM).

Et ce n’est pas tout. «Le staff de la MRA se dit prêt à aller vers une grève générale si les points avancés ne tournent pas en leur faveur», soutient Narendranath Gopee, président de la Federation of Civil Service and Other Unions (FCSOU), qui était aux côtés de la Mauritius Revenue Authority Staff Association (MRASA).

Le syndicaliste Narendranath Gopee souligne que les négociations avec le management de la MRA ont débuté il y a plus de sept mois. «Nous avons demandé au management un accord collectif. Face à leur réticence, nous avons dû avoir recours au tribunal qui leur a demandé de le faire.»

Pourtant, déplore le président de la FCSOU, le management de la MRA n’aurait pas respecté les règlements. «Le syndicat doit soumettre une liste de tous les contentieux au management et dans le cas présent, il y avait 28 points litigieux.» Or, de ce nombre, seuls trois ont été pris en considération par le management.

La dernière réunion hier, lundi 3 septembre, entre le syndicat et le management n’a en rien arrangé les choses. D’où le recours à la Commission de conciliation et de médiation. «Nou finn trouvé ki nou pé al ver enn deadlock. Pa ti éna lot solisyon ki CCM», soutient Narendranath Gopee.

De son côté, le président de la MRASA, Jean-Claude Jonckeer, avance que les employés sont privés de plusieurs de leurs droits. «Nous n’avons plus d’allocation de transport ou encore de Passage benefits. Il faut savoir que plusieurs de nos employés travaillent dans des conditions où ils mettent leurs vies en péril en tentant de démanteler le trafic de drogue. Nou pé réalisé ki bann dimounn kompétan pa pé gagn zot du.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires