Exposer, s’exposer, décomposer: Deborah Poynton, rencontres dans l’espace mental

Avec le soutien de
Deborah Poynton expose «You, Me, There, Here» à The Institute of Contemporary Art Indian Ocean, à la rue Desforges à Port-Louis, jusqu’au 30 novembre 2018.

Deborah Poynton expose «You, Me, There, Here» à The Institute of Contemporary Art Indian Ocean, à la rue Desforges à Port-Louis, jusqu’au 30 novembre 2018.

«Je peins toujours les cinq mêmes personnes», explique Deborah Poynton. L’artiste sud-africaine montre des œuvres créées à diverses périodes au cours de ces 30 dernières années. Elle expose à The Institute of Contemporary Art Indian Ocean, à la rue Desforges à Port-Louis, jusqu’au 30 novembre prochain.

Des personnages récurrents, souvent nus et détaillés, pas seulement parce que ce sont ses proches. Mais surtout parce que ces portraits sont «un moyen de communication avec la personne qui regarde le tableau».

Pathologique

Deborah Poynton utilise le mot «pathologique», pour décrire son besoin de communiquer. «J’ai eu une enfance très difficile en Afrique du Sud. C’est un peu comme une maladie mentale, je dois continuer à peindre, dans un effort de me connecter au monde. En regardant le tableau, vous occupez l’espace que j’ai créé. C’est là que l’on peut se rencontrer d’une certaine manière. Il n’y a pas de règle. Tout se passe au niveau de l’imaginaire. Pour moi, toute forme de communication se déroule ainsi.»

L’exposition s’intitule You, Me, There, Here. «Mais ces œuvres ne sont pas à propos de moi», précise-t-elle. Pourtant, elle figure elle-même dans ses tableaux. «Je l’ai beaucoup fait dans le passé, un peu moins maintenant. C’est facile, pas besoin de demander l’autorisation», ironise-t-elle.

Diorama

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires