Hippisme: des apprentis jockeys se font escroquer

Avec le soutien de
Le rêve d’exercer en Allemagne a fait tomber de jeunes apprentis dans les filets d’un escroc.

Le rêve d’exercer en Allemagne a fait tomber de jeunes apprentis dans les filets d’un escroc. 

L’homme qui serait à l’origine de la suspension de Samraj Mahadia comme commissaire des courses (voir hors-texte) refait parler de lui. Ce Mauricien, actuellement à l’étranger, aurait agi comme intermédiaire entre des propriétaires de chevaux en Allemagne et des apprentis jockeys mauriciens. Le but : promettre de l’emploi en Allemagne à ces jeunes, contre rémunération. Quatre apprentis jockeys se sont ainsi fait arnaquer, perdant,moyenne, Rs 150 000 chacun.

L’un d’eux, que nous avons rencontré au Champ-de-Mars, hier, lors de la journée du Maiden, et qui a voulu garder l’anonymat, nous relate sa mésaventure. Il s’agit d’un jeune de 24 ans, ha- bitant un village du Nord. Depuis cinq ans, il agissait comme track jockey, entraînant des chevaux pour différentes écuries.

C’est en mars dernier qu’il fait la connaissance de l’escroc présumé, sur Facebook. «Un de mes amis m’a demandé d’entrer en contact avec cet homme car il savait que je rêvais d’exercer comme jockey à l’étranger», lance notre interlocuteur. Très vite, il est pris au piège. Le présumé arnaqueur lui demande Rs 150 000 pour lui trouver un emploi en Allemagne, avançant même qu’il sera payé 900 euros par mois

«Il m’a dit qu’il y avait quelques jeunes qui parti- raient deux jours plus tard et que si je suis intéressé, je pourrais également par- tir avec eux. Mais vu que je n’avais pas cet argent, il m’a proposé de lui offrir Rs 20 000 comme avance et aussi Rs 50 000 pour le billet d’avion», raconte le jeune homme. Ses parents ont fait le nécessaire et deux jours plus tard, à la fin du mois de mars, l’apprenti jockey a pris l’avion pour l’Allemagne.

Il confie avoir fait le voyage en compagnie d’un autre apprenti et, dès leur arrivée en Allemagne, l’autre jeune a été déporté sur le champ. «J’ai eu la chance de rester quelque temps en plus car j’ai des grands-parents là-bas. Je suis allé chez eux.» Le lendemain de son arrivée, le jeune homme est allé à la rencontre des propriétaires de chevaux qui lui avait été recommandés par celui qui lui promettait de l’emploi.

«Ces derniers m’ont gardé pendant seulement deux jours et puis je me suis retrouvé à nouveau chez mes grandsparents.» Néanmoins, mal- gré ses fausses promesses, l’escroc présumé n’arrêtait pas de harceler l’apprenti jockey, de même que ses parents, pour leur réclamer de l’argent. «Je suis retourné à Maurice en juillet et, malgré cela, il continue de m’appeler. Je suis en contact avec d’autres apprentis qui sont là-bas et qui passent eux aussi par de mauvais moments.»

Samraj mahadia piégé par le même homme

Nous sommes en avril. L’homme qui est dénoncé par l’apprenti jockey approche Samraj Mahadia, qui agissait alors comme commissaire des courses au Mauritius Turf Club (MTC). Il lui raconte qu’il est en contact avec des jockeys étrangers et lui demande d’user de son influence pour persuader des entraîneurs mauriciens à recruter ces professionnels. L’escroc présumé envoie des messages sur WhatsApp à Samraj Mahadia. Celui-ci aurait alors agi comme intermédiaire entre le jockey britannique Richard Oliver et l’entraîneur Ricky Maingard pour que ce dernier embauche ce jockey. Mais tout laisse croire que l’intermédiaire aurait souhaité avoir une commission sur ce recrutement. N’ayant rien obtenu, le présumé escroc aurait circulé des captures d’écran des messages échangés entre Samraj Mahadia et lui. Le MTC, ayant pris connaissance des faits imputés à Samraj Mahadia, décide de le suspendre de ses fonctions en attendant les conclusions d’une enquête

L’apprenti jockey, qui se retrouve sans emploi pour le moment, dit que ses amis et lui ont écrit à la Mauritius Revenue Autho- rity pour dénoncer les agissements de cet homme. Il envisage aussi de faire une déposition à la police. «Je ne veux pas que cet homme ar- naque d’autres jeunes comme moi. C’est la raison pour laquelle je le dénonce dans les médias aujourd’hui.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires