Pooven Murden et le groupe Raagalayam remettent ça

Avec le soutien de

Pooven Murden et son groupe Raagalayam font progressivement leur petit bonhomme de chemin dans le paysage de la musique locale. Après des reprises très appréciées par le public, c’est une composition intitulée Zistwar nou sega qu’ils lancent.

La musique de Pooven Murden est très présente sur les réseaux sociaux. Parmi ses réalisations on se souviendra de Elements, morceau instrumental en hommage à Kaya et dont le clip a vu la participation d’Éric Triton, de Serge Lebrasse et de feu Marclaine Antoine, What a Wonderful name en collaboration avec LaNikita, un mariage de musique carnatique et de gospel et plus récemment la reprise de la chanson de Sky To Be, Dodo Baba, qui a reçu plus de 100 000 vues sur Youtube.

Maintenant qu’il n’est plus un inconnu, Pooven Murden revient avec une composition intitulée Zistwar nou sega. «C’est la première fois que nous nous sommes mis à l’écriture des paroles d’une chanson» explique le violoniste. Zistwar nou sega, qui passe actuellement à la radio, séduit par sa musicalité. Une œuvre qui a vu la participation de Djordissen au chant et à la ravanne, Kessaven au gatam et Pooven Murden au violon et à l’arrangement.

Après cinq ans d’études en musique carnatique au Tamil Nadu, en Inde, Pooven Murden a pour but de mieux faire connaître son instrument de prédilection, qui est le violon, ainsi que la musique carnatique. «La musique carnatique attire un public ciblé. Il est difficile à Maurice de ne proposer que ce genre musical. Si nous voulons faire découvrir le violon et la musique carnatique, il faut les marier à d’autres styles. Nous avons réalisé que la fusion de musique carnatique et du séga était très appréciée», explique Pooven Murden.

C’est feu Marclaine Antoine qui les a initiés au séga. «Il nous a guidés et nous a montré que l’on ne pouvait pas faire le séga tipik n’importe comment. Il y a des règles à suivre. Avec Zistwar nou sega, nous avons gardé le rythme du séga tipik, tout en y ajoutant une touche de carnatique», souligne Pooven Murden. Le violon carnatique apporte une indéniable note de nostalgie au séga. L’instrument parle à l’âme.

Homage à Marclaine Antoine

 «Depuis notre reprise de Dodo baba, nous avons eu beaucoup de retours positifs et plusieurs jeunes se sont tournés vers moi pour que je leur enseigne le violon», explique Pooven Murden, qui est également enseignant de musique. Il précise toutefois que «tous ne sont pas contents que nous mélangions la musique carnatique au séga ou le violon au séga, nous avons essuyé des remarques, mais pour moi, la musique n’a pas de barrière, elle est au contraire réunificatrice».

Pooven Murden et les musiciens du groupe Raagalayam comptent persévérer. «Nous comptons rendre hommage à Marclaine Antoine avec une reprise de son titre Bel Bato. Cela aurait dû être une collaboration mais il est parti trop tôt. Le clip de la reprise sera posté sur les réseaux sociaux d’ici trois semaines», explique Pooven Murden. En attendant, si vous ne connaissez pas encore la musique du groupe Raagalayam, consultez sa page Facebook.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires