Crise du logement : les malheurs de Lina

Avec le soutien de

À une voyelle près dans son prénom, elle aurait eu un destin de star. Mais elle n’est que Lina Renaud et loue une vieille maison à Les Salines, Port-Louis, infestée de termites et de rats et qui prend l’eau à la moindre averse. Éligible pour un logement de l’État, elle ne comprend pas pourquoi ses démarches patinent depuis 2016.

Mystère et boule de gomme, est-on tenté de dire lorsqu’on écoute la triste histoire de Lina Renaud, 53 ans, cleaner à l’école Edgar Emilien à La Butte, Port-Louis. Sur papier, cette veuve de longue date est tout à fait éligible pour l’obtention d’une maison de la National Housing Development Company puisqu’elle n’est ni propriétaire, ni copropriétaire d’un bien, n’a jamais été bénéficiaire d’un terrain à bail, n’a pas reçu d’aide de l’État pour une dalle ou du matériel de construction. De plus, elle a des revenus mensuels inférieurs à Rs 20 000 et dispose de Rs 54 000 sur son compte Plan épargne logement (PEL), argent qu’elle a pu accumuler après avoir «met sit» avec ses amies.

Elle a la capacité de remboursement qu’il faut jusqu’à sa retraite dans sept ans, après quoi, son fils, qui est veuf et qui habite chez elle, prendra le relais des remboursements. «Dépi enn ta banané mo pe fer demars pou gagn lakaz NHDC. O début, zot ti dir mo pa élizib parski pa ti ena assé kas lor mo kont PEL. Monn ramass mo kass. Zot inn fer mwa fer interview tou. An 2016, monn mem pay Rs 100 pou processing fee Housing Unit. Enn kout zot dir mwa zot pou donn mwa enn lakaz St-Pierre. Lot kout, zot dir li pou Chebel. Ler mo pa trouv nanyé ek ki mo al redemandé, zot dir mwa zot pou donn mwa enn lakaz Pointe-aux-Sables. Ti moman apré, ou tann dir ou pou gagné Beau-Bassin. Ek dernié ler li Mont-Goût. Pa trouv nanyé mem ! Ou pa trouvé zot pé zoué ar mwa ?»

Lina Renaud ne sait plus vers qui se tourner. Cela fait 25 ans que cette ancienne habitante de Roche-Bois loue cette maison en bois et tôle avec plafond en contre-plaqué à la rue Louis Alfred, à Les Salines. «Ler monn koumans loué, mo ti pay bon marsé. Pli alé, pli loyé monté», dit-elle. Maison qui devait certainement avoir de l’allure à l’époque de sa construction il y a plus d’une soixantaine d’années mais qui s’est dégradée avec l’usure du temps et les intempéries et qui est aujourd’hui branlante et infestée de carias et de rats mais pour laquelle elle doit tout de même s’acquitter d’une location mensuelle de Rs 4 000.

Si à son veuvage il y a 25 ans, elle y vivait seule, les revers de la vie ont fait qu’elle perde son gendre d’un cancer de la prostate en 2013 et que sa fille, anéantie par cette épreuve, rapplique chez elle avec ses deux enfants sur les bras pour n’en point en repartir. Six mois plus tard, c’est sa belle-fille Sharonne, qui disparaissait de manière incompréhensible. La jeune femme ayant déjà complété sa famille – elle a eu quatre enfants d’Anthony Renaud –, cette habitante de Ste-Croix a décidé de se faire ligaturer les trompes. Une intervention somme toute banale mais de laquelle cette jeune maman de 25 ans est ressortie les pieds devant. «Pa koné kinn pasé mé nou pa ti éna kass pou pourswiv minister la Santé pou néglizans médikal», raconte Lina Renaud.

Son fils, qui vivait jusque-là chez ses beaux-parents avec leurs quatre enfants «inn gagn poussé dé mwa apré lamor Sharonne». Ne percevant pas un gros salaire, il a eu du mal à trouver une maison en location. À tel point qu’il en était désespéré. «Ler li dir mwa mama mo pou al swisidé, mo dir li non garson, mo pou ed twa…» C’est ainsi qu’elle lui a ouvert la porte de sa maison et qu’il s’y est installé avec ses quatre enfants de 12 à cinq ans.

Le dernier arrivé dans sa maison est son beau-père de 93 ans, qui refuse d’habiter avec ses enfants. «Li dir mo okip li mié ek li pa le alé.» Non, il ne la dérange pas, réplique-t-elle. «Kouma mo pé guet mo 6 ti zanfan, mo guet li parey.»

Son fils et sa fille travaillant, chacun fait ses courses et fait vivre sa bande d’enfants. «Ler zot manké ki mo azouté.» Depuis 2017, elle est un peu plus à l’aise financièrement du fait que le salaire des cleaners est passé de Rs 1 500 à Rs 8 000 et des poussières. Et puis, elle a sa pension de veuve qui est de Rs 5 840.

Sa vie aurait été paisible s’il n’y avait eu l’état lamentable de la maison qui prend l’eau à chaque grosse pluie. «Dilo desann lor difil kouran, tramp partou ek fer tou soté. Mo bisin met tapi partou.» Lors des grosses averses de janvier et de février derniers, sa maison a été inondée, l’eau leur arrivant à la taille. «Ler sa arivé ki ou lor twalet, ou pas bisin bagné sitan dilo-la monté. Ou nek bisin sanz linz», relate-t-elle non sans une pointe d’humour.

Par beau temps, elle et les siens doivent composer avec des rats sous le plancher et entre la toiture en tôle et le plafond en contre-plaqué dans lequel ils font des trous à n’en plus finir et qu’elle doit colmater avec des morceaux de bois. «Ou nek truv bann gro léra pe marsé ou bann long laké ki nek apandan dan fant plafon.»

À la tombée de la nuit, c’est contre les carias qu’elle doit se battre. «Zot sorti kouma mouss, zot revolté ek fer voom, voom ! La ou oblizé met zanfan dan enn kwin la cour, met difé déor dan lot kwin lakour ek ouver lakaz partou pou les lafimé rant andan. Lerla zot sové.»

Lina Renaud n’est pas vraiment regardante sur l’endroit où la NHDC pourrait la reloger. Exception faite de Quatre-Cocos. «Si avoy moi MontagneLongue mo pou alé. Ki li Beau-Bassin, Calebasses, Pamplemousses, Ti-Rivière, Bambous, ninport kot sa… Mé pa dir mwa Quatre-Cocos !»

Lina Renaud fait état de l’indifférence, voire du manque d’humanité de certains des fonctionnaires de la NHDC envers les petites gens qui cherchent à obtenir une maisonnette. «Mo ti pé rakont enn madam NHDC Port-Louis kouma éna léra kot mwa. Li nek reponn: li simp sa. Ler ou gagn léra ou nek sorti ek al rod enn lot lakaz pou loué ! Fodé mo kapav viv oussi parski bann loyé zordi lao Rs 6 000. Enn vwazinn ki ti éna mem problem ek linn fatigé attann ek linn zet labar. Linn al loué. Mwa mo pa pou zet zarm. Zot bizin dir fran kifer zot pa le donn mwa enn lakaz

Un malheur n’arrivant jamais seul, depuis le début de l’année, son propriétaire lui a demandé de s’en aller. «Monn dir li mo bisin gagn enn lakaz avan. Mo pa lé al loué ankor. Mo lé gagn enn lakaz pou mwa, mem si bizin manz diri bouyon bred tou lézour pou ranboursé, mo pou fer li. Mo pé fer sa pou mwa mé oussi pou mo bann tizanfan. Mo pa lé enn zour ki zot al tal lamé…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires