Mauriciens de Zhongshan: Kadafy Hosenally, le cuisinier «Al dente»

Avec le soutien de

Il est Mauricien, il cuisine italien et cela en Chine. Attention, ça secoue. Âgé de 43 ans, Kadafy Hosenally n’en est pas à son coup d’essai. Sa cuisine, il l’a fait goûter à bon nombre de personnes, qu’elles soient aux États-Unis, à Dubaï, à Maurice ou en Chine, pour le compte d’une chaîne hôtelière.

Toutefois, son aventure en solo, c’est en Chine que le Mauricien a décidé de la faire. «J’ai travaillé dix ans en Chine pour des hôtels à Shenzhen, Guangzhou et Zhongshan, entre autres. Toutefois, ça ne fait qu’un mois que j’ai ouvert mon restaurant, Bel Paese, qui est un fromage italien», partage-t-il.

Sur sa carte, on peut aussi trouver du mexicain, de l’espagnol, de la cuisine française et, devinez-quoi, des plats mauriciens. «J’ai toujours fait la promotion de la cuisine mauricienne même dans les hôtels dans lesquels je travaillais. Les Chinois connaissent Maurice par des films tournés dans l’île et ils y vont en vacances.» Faire goûter «enn ti manzé local» aux Chinois est donc normal. Si le chef est mauricien, les employés sont tous chinois.

Si Kadafy Hosenally a travaillé dans plusieurs villes de Chine, c’est à Zhongshan qu’il pose ses valises car, dit-il, c’est un endroit sympathique. «Zhongshan est une petite ville dans la province de Guangdong avec une population d’un peu plus de trois millions. Oui, c’est plus que la population de Maurice. Mais comparativement à Beijing, c’est une petite ville. C’est un endroit paisible et la population est plus jeune qu’ailleurs.»

Le Mauricien se souvient de ses débuts en Chine pour le compte d’un groupe hôtelier. Il s’était alors établi à Chengdu, région de la province du Sichuan. «J’étais parmi les premiers étrangers à m’installer dans cette région et les gens étaient curieux. Ma difficulté, c’était bien entendu la barrière de la langue. Mais je me suis vite adapté. La province de Sichuan est une région très relaxante et je me suis fait pas mal d’amis.»

Vivre à Chengdu n’a toutefois pas été de tout repos. Flashback, 2008. Kadafy Hosenally s’en souvient comme si c’était hier. Un tremblement de terre frappe la province de Sichuan, faisant des milliers de morts. «C’était une horreur… Je me revois courir sur un pont sans penser qu’il pourrait s’effondrer. On n’a plus de logique. Sauver sa vie, c’est le plus important.»

Malgré ces mésaventures, Kadafy Hosenally n’a pas pour autant jeté l’éponge. Il a continué à travailler en Chine jusqu’à ouvrir son propre restaurant. Son prochain objectif, ouvrir un autre restaurant à Maurice et publier son livre de cuisine. On peut dire que lui, il n’a pas mis les pieds dans le plat !

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires