Navin Ramgoolam: «Mo pou fer ou lavi méyer»

Avec le soutien de
Le leader des Rouges à Bel-Air, lors d’un congrès, ce vendredi 31 août.

Le leader des Rouges à Bel-Air, lors d’un congrès, ce vendredi 31 août.

«Inn ler pou dévir bol.» Comment ? En rendant le pouvoir au PTr. «1000 fwa PTr», s’est exclamé Navin Ramgoolam lors d’un congrès à Bel-Air, ce vendredi 31 août.

«Éna disan libérater dan mo la veine», martèle le leader rouge. Et Navin Ramgoolam promet que s’il retrouve le fauteuil de Premier ministre, la vie des Mauriciens sera «meilleure». D’énumérer une série de mesures qu’il prendra. «J’ai pris l’engagement de prôner une politique de rupture. J’ai pris l’engagement de changer le système.  Et je prends l’engagement qu’une fois que je serai au pouvoir, tou dimounn pou parey dan laéropor, tou pou pass par mem laport.»

 
 

Ce n’est pas tout. Le leader du PTr est revenu sur la mesure budgétaire concernant la vente de la nationalité mauricienne et du passeport. De lancer une mise en garde. «Sa dimounn ki asté paspor ek sa gouvernman-la, fer tansyon nou pou rass sa ek zot!»

«Sak dimounn ki’nn perdi enn fami, sé enn dram ki pa ti bizin éna sa, mé mo donn ou garanti sa pou diminié ek mwa.»

C’est lui, Navin Ramgoolam, qui «means business» et non Pravind Jugnauth. Il cite les cas de Kalyan Tarolah, Sudhir Sesungkur, Showkutally Soodhun, Alain Wong, Sanjeev Teeluckharry… «Mo rant dan pouvwar, pou éna sanction immédiate si kiken fané.»

Est-ce que vous voulez que votre vie soit meilleure, demande Navin Ramgoolam à l’assistance. «Je vous donne la garantie que mo pou fer ou lavi meyer.» Le leader du PTr assure, dans la foulée, qu’il y aura moins d’accidents. «Sak dimounn ki’nn perdi enn fami, sé enn dram ki pa ti bizin éna sa, mé mo donn ou garanti sa pou diminié ek mwa.»

Il harangue l’assistance. «Eski ou anvi ou zanfan gagn méyer plas dan pei? Pa parski li dan lakwizinn, mé li bizin gagné si li mérité.» Et Navin Ramgoolam continue sur sa lancée. «Eski ou lé MRA aret fatig ou? Sa pei-la pou tou dimounn!» Raison pour laquelle, insiste-t-il, «pli vit bizin dévir sa bann pouritir-la, met zot déor».

«Ils ont voulu m’assassiner politiquement. Zot pass roulo konpréserr lor mwa. Mé mo touzours la et mo pou touzour la!»

Dans la foulée, le leader des Rouges a «mis en garde» le commissaire de police Mario Nobin. Il lui «conseille» de s’assurer que le law and order prévalent dans le pays et de «prendre ses responsabilités». Le commissaire de police n’a d’ordre à recevoir de personne, rappelle-t-il. «Aret fer Prémié minis plézir.»

Ce Premier ministre pour qui, ironise Navin Ramgoolam, il est devenu une véritable «obsession». «Alé vini li koz moem.» Mais, déclare le leader du PTr, jamais Pravind Jugnauth ne pourra l’intimider. De souligner que beaucoup de leaders politiques n’auraient pas survécu à ce qu’il a enduré en 2015. «Ils ont voulu m’assassiner politiquement. Zot pass roulo konpréserr lor mwa. Mé mo touzours la et mo pou touzour la!»

Il anticipe d’ailleurs que lors de la campagne électorale à venir, le gouvernement concentrera tous ses tirs sur lui. Qu’importe, Navin Ramgoolam a un message pour Pravind Jugnauth : «Tou bal ki to pou tiré pou vinn ver twa.» Et de faire une promesse : «Mo’nn dir ek mo pé pé rédir, tou séki inn fer mwa ditor pou gréné kouma zambalak.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires