Enquête de l’ICAC: Álvaro Sobrinho s’en sortira-t-il en homme libre ?

Avec le soutien de
Álvaro Sobrinho quittant les locaux de l’ICAC, jeudi 30 août, en compagnie de son avocat.

Álvaro Sobrinho quittant les locaux de l’ICAC, jeudi 30 août, en compagnie de son avocat.

Sixième et probablement dernier jour d’interrogatoire pour Álvaro Sobrinho. L’homme d’affaires angolais devrait, en effet, se présenter à l’ICAC ce jeudi matin 30 août en compagnie de son avocat. Cependant, il semblerait qu’Álvaro Sobrinho devrait sortir indemne de ces interrogatoires...

Aucune preuve irréfutable de maldonne n’aurait été trouvée contre Álvaro Sobrinho. En effet, après six jours d’interrogatoire et des compléments d’information fournis de la part de Bernard Maigrot ainsi que de Sydney Bathfield, respectivement Executive Director et Chairman de Royal Park, Álvaro Sobrinho s’en sortira en homme libre. Ce dernier aurait finalement pu expliquer que l’obtention des licences a été faite sans l’usurpation des liens avec l’État.

L’homme d’affaires aurait été questionné sur au moins trois volets précis, soit l’obtention de licences à la Financial Services Commission, l’accès au VIP Lounge de l’aéroport et la demande de permission pour l’achat des villas au Board of Investment. C’est, cependant, l’accès au VIP Lounge, à la requête de la State House, qui a été le volet le plus intéressant. Car il y avait un lien direct entre Álvaro Sobrinho et Dass Appadu, ancien secrétaire à la présidence. De plus, les éléments fournispar l’Angolais, BernardMaigrot et Sydney Bathfield,sur l’achat des villas au Royal Park, auraient démontré qu’il n’y avait pas eu d’ingérence politique.

L’interdiction de quitter le pays sera, d’ailleurs, levée cet après-midi. Cependant, Álvaro Sobrinho sera appelé à s’engager à se mettre à la disposition de l’ICAC pour la suite de l’enquête.

Publicité
Publicité

Un nouveau scandale défraie la chronique depuis le mercredi 28 février à Maurice. Cette fois-ci cela concerne ni plus ni moins la garante de notre Constitution, son excellence Ameenah Gurib-Fakim, présidente de la République. Elle a dépensé plusieurs centaines de milliers de roupies pour des achats personnels, entre autres, sur une carte de crédit Platinum offerte par la Planet Earth Institute, la fondation d’Álvaro Sobrinho, homme d’affaires angolais hautement controversé. Retrouvez tous les articles concernant cette affaire dans notre dossier spécial : Platinum Card. Une enquête exclusive de l’express.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires