Tour d’Espagne: Rudy Molard premier leader français de la Vuelta depuis 2011

Avec le soutien de
Le Français Rudy Molard nouveau maillot rouge de la Vuelta à l'issue de la 5e étape, le 29 août 2018 à Roquetas de Mar.

Le Français Rudy Molard nouveau maillot rouge de la Vuelta à l'issue de la 5e étape, le 29 août 2018 à Roquetas de Mar.

Rudy Molard (Groupama-FDJ) a endossé le maillot rouge du Tour d’Espagne, devenant le premier Français leader de la Vuelta depuis 2011, à l’issue de la 5e étape, remportée mercredi à Roquetas de Mar par l’Australien Simon Clarke (EFD).

Premier Français leader de la Vuelta depuis Sylvain Chavanel il y a sept ans, Molard, 6e de l’étape à 8 sec de Clarke, devance désormais de 41 sec au classement général le Polonais Michal Kwiatkowski (Sky), précédent porteur de la tunique rouge depuis la 2e étape. Le Français ayant été sanctionné de 20 secondes de pénalité pour ravitaillement hors zone.

«C’est beau. C’est beaucoup d’émotions, un maillot de leader sur un Grand Tour... dans une carrière, ça marque, a réagi le vainqueur du jour au micro d’Eurosport. J’essaye d’en profiter un maximum. J’ai commencé à penser (au maillot de leader) seulement à la fin (de l’étape). J’ai plutôt pensé à la victoire d’étape, mais ce n’était pas facile à gérer.»

Clarke a devancé sur la ligne ses deux derniers compagnons d’une échappée au long cours, le Néerlandais Bauke Mollema (Trek) et l’Italien Alessandro De Marchi (BMC).

Molard, 28e à 3 min 46 sec au départ de cette cinquième étape, disputée sur 188,7 km depuis Grenade, a précédé de 4 min 45 sec sur la ligne le peloton au sein duquel figurait Kwiatkowski.

Le Français de 28 ans, vainqueur de la 6e étape de Paris-Nice cette saison, venu sur le Tour d’Espagne pour épauler son leader Thibault Pinot, dispute pour la 3e fois la Vuelta dont il avait pris la 30e place en 2016.

Molard affiche ainsi un état de forme prometteur en vue du Mondial d’Innsbruck, fin septembre, sur un parcours très vallonné, pour lequel il est présélectionné.

«Beaucoup d’attaques»

Revenant sur la fin de l’étape, Molard a expliqué qu’il «était marqué». «On était 25 (dans l’échappée), il y a eu beaucoup d’attaques et j’étais marqué. Vraiment à la fin, je me suis dit: Allez, je mets pour le général et on va voir si ça passe. Seulement quand la ligne était franchie, avec le peloton, je n’avais pas trop d’écart, je n’y ai pas vraiment cru. (...) Il y a deux étapes light qui arrivent. Si je peux le défendre jusqu’à dimanche, c’est déjà bien.»

Une échappée de 25 hommes s’était dégagée après une soixantaine de kilomètres de course. Clarke, De Marchi et Mollema ont pris les devants à une cinquantaine de kilomètres de l’arrivée, après de nombreuses escarmouches en tête, pour franchir détachés la seule difficulté du jour, une côte de 2e catégorie située à 25 km de l’arrivée.

Jeudi la 6e étape sera disputée sur un parcours plat favorable aux sprinteurs entre Huercal Overa et San Javier Mar Menor (155,7 km).

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires