Grande-Rivière-Sud-Est: Les Kissoon garantissent la détente en ferry

Avec le soutien de
Nad et Ashish Kissoon, un duo père et fils sur la même longueur d’ondes

Nad et Ashish Kissoon, un duo père et fils sur la même longueur d’ondes

Les villages de Deux-Frères et Grande-Rivière-Sud-Est (GRSE) sont voisins mais sont séparés par la rivière GRSE. Depuis les années 50, ils sont desservis par un ferry.

Ce service mis gratuitement à la disposition des habitants des deux villages leur permet de faire le va-et-vient si nécessaire. Actuellement, ce sont les Kissoon qui en sont les opérateurs.

Depuis trois ans, Nad Kissoon, 59 ans, a pour responsabilité de faire le trajet en ferry entre Deux Frères et GRSE. Avant cela, il faisait de l’extraction de sable. Il y a un an, son fils Ashish s’est joint à lui pour l’épauler, apprendre le métier et assurer la relève. Pour Nad Kissoon, c’est un honneur de faire ce métier car ce service est unique dans l’île. «Dimounn sorti lwin pou vin get sa ek fer sa ti traze la», souligne-t-il. Natif du village de Deux-Frères, Nad Kissoon fait un petit récit du passé. Il ra- conte qu’autrefois, il n’y avait pas de service fluide de transport. «Il fallait attendre l’autobus pendant des heures et c’est la raison pour laquelle les autorités ont introduit ce service. Le village de Deux-Frères, à l’époque, ne comptait pas trop d’habitants en comparaison à aujourd’hui, dont le nombre s’élève à environ 2 000», souligne-t-il.

Les habitants utilisent le ferry pour venir à Beau-Champ. «Il y a bon nombre d’habitants qui travaillent à GRSE. De plus, à Deux Frères, il n’y a pas d’école. De ce fait, les enfants fréquentent l’école primaire de GRSE», explique Nad.

Par ailleurs, plusieurs habitants préfèrent venir à GRSE pour prendre le bus et se rendre à Mahébourg et Flacq à cause d’un problème de transport persistant dans la région.

Ashish, qui est là depuis un an, explique que le trajet en ferry fait partie du folklore du village. «Les écoliers ont leurs bus d’école. Néanmoins, nous avons toujours quelques petits retardataires qui ratent leur bus. Ils voyagent donc en ferry», dit-il en riant.

Toutes les 15 minutes, le ferry effectue le déplacement pour boucler ce petit trajet de moins de 10 minutes. Pour certains, ce trajet est un «moment de détente», comme l’explique Marie-Anne, employée dans un des hôtels de la région et habitante de Deux-Frères, qui prend le ferry matin et après-midi. «Dès que je monte à bord du ferry, je ferme les yeux. C’est presque dépaysant et mon stress s’envole», dit-elle.

C’est en remerciant la Providence que Nad confie qu’il n’y a jamais eu d’incidents lors de cette traversée. «Nous respectons les normes et si la mer est mauvaise, nous restons à quai et c’est un jour chômé.» En tout cas, Nad et Ashish Kissoon aiment bien leur gagne-pain : «C’est un métier léger, sans stress», dit Nad. Et ils comptent bien continuer à le faire pendant de longues années.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires