Le Caudan Arts Centre prend vie

Avec le soutien de
Une maquette du Caudan Arts Centre

  Une maquette du Caudan Arts Centre  

Impossible de passer à côté de l’imposant monument actuellement en construction au Caudan Waterfront. Il s’agit du futur Caudan Arts Centre, qui ouvrira officiellement ses portes le 1er décembre 2018.

Le bâtiment abritera un théâtre de 430 places, des salles de conférences, un espace d’exposition, des bureaux, un grand nombre de parkings et un café. «Les lieux sont à plus de 70 % complets», souligne David Eaton, Project Development Manager du Caudan Arts Centre. La somme de Rs 1 milliard a été investie dans ce projet.

Pour le design du théâtre, le Caudan Arts Centre s’est tourné vers la compagnie internationale Arup (voir plus loin). En amont de l’ouverture officielle, le Caudan Arts Centre a lancé le Caudan Live, soit un appel au public pour qu’il fasse montre de son savoir-faire artistique (voir plus loin).

Ashish Beesoondial, le directeur du Caudan Arts Centre, explique que «nous aspirons à être un espace qui réunit des esprits créatifs et innovants. Le théâtre sera une plateforme pour une interaction dynamique entre les idées et l’art sous ses diverses formes. La créativité pour tous !»

Si la scène sera ouverte à tous ceux qui souhaitent monter des spectacles, le Caudan Arts Centre proposera aussi des ateliers et l’accompagnement des artistes. «Le Caudan Arts Centre ne concernera pas que la diffusion et la création mais se tournera aussi vers la médiation culturelle. C’est dans le cadre de cette médiation que nous voulons offrir des formations et des ateliers. Nous proposerons une vision à long terme aux artistes. L’idée, c’est de professionnaliser l’industrie créative», soutient Ashish Beesoondial. Il ajoute «que c’est ce dont les Mauriciens ont besoin».

C’est avec l’adaptation en créole de la pièce du compositeur américain George Gershwin, Porgy and Bess, que s’ouvrira le Caudan Arts Centre en décembre. Cette pièce, intitulée Porgy ek Bess, à l’initiative de la Fondation Caudan Communauté et mise en scène par Ashish Beesoondial, a été présentée dans trois villages côtiers en 2013.

«Nous aurons des concerts et des ‘children’s performances’ en décembre. Nous avons fixé des dates jusqu’à la mi-2019. Ces activités seront en week-end. Nous attendons d’autres propositions. Nous opèrerons notre propre système de billetterie, opérationnel à la mi-septembre. À ce moment-là, le calendrier sera official.»

Le Caudan Live lancé

Le Caudan Live, un concours de talents ouvert au public, a été officiellement lancé jeudi 23 août à l’Atrium, Barkly Wharf, au Caudan. À travers ce concours, l’équipe du théâtre compte choisir les dix premiers artistes qui se produiront lors du spectacle d’ouverture du Caudan Arts Centre, prévu pour le 1er décembre.

«On aurait pu choisir d’inviter une vedette internationale pour le lancement. Nous préférons inaugurer notre théâtre avec des artistes mauriciens choisis par le public mauricien», a expliqué Ashish Beesoondial, directeur du Caudan Arts Centre lors du lancement officiel. «Nous lançons cette plateforme pour être en contact avec les artistes. C’est l’occasion pour nous de faire émerger des artistes et de cibler des talents émergents. À partir de là, on pourra travailler avec eux pour qu’ils viennent faire montre de leurs talents au Caudan Arts Centre», a-t-il souligné.

Ce concours est ouvert au grand public, amateurs et professionnels. Cinq disciplines artistiques ont été identifiées, à savoir la musique, la danse, le slam, le folk et le théâtre. Ceux intéressés sont priés de poster une vidéo sur le site www.caudanlive.com dans la catégorie choisie et de la partager ensuite sur la page Facebook du Caudan Arts Centre.

La première sélection sera faite par le public et un jury composé de Marjorie Barbe Munien, une des fondatrices du Jump Around Youth Concert et Kooshal Avish Dwarka, ingénieur du son et producteur de musique, qui a travaillé avec plusieurs artistes notamment Cassiya, Alain Ramanisum et le chorégraphe Stephen Bongarçon, entre autres.

Le jury est présidé par Dean Nookadu, pianiste et professeur de musique. Le jury choisira ses dix vidéos préférées dans chaque catégorie. À savoir qu’un vote du jury permet de doubler le nombre de votes publics obtenus. Cinq meilleurs candidats dans chaque catégorie seront alors désignés.

Dans un second temps, ces cinq candidats retenus auront la chance de montrer davantage leur talent et d’enregistrer leur prestation dans des conditions professionnelles au Caudan. Le résultat sera posté sur le site et la page Facebook. Le public sera alors appelé à voter pour deux gagnants dans chaque catégorie. «Nos dix premières têtes d’affiche seront donc choisies par le vote du public», fait ressortir Ashish Beesoondial. Les intéressés ont jusqu’au 30 septembre pour soumettre leurs vidéos.

Lors de la présentation de Caudan Live, les membres du jury ont été unanimes, ils sont à la recherche d’originalité. «Même si vous faites des reprises, il faut que cela soit à votre sauce et qu’on entende et voie le côté mauricien ressortir dans votre oeuvre», précise Marjorie Barbe Munien.

Les deux gagnants dans chaque catégorie remporteront un contrat de représentation auprès d’une agence internationale. De plus, ils pourront présenter un spectacle payant au Caudan Arts Centre durant la saison 2019. Enfin, le lauréat de chaque catégorie repartira avec la somme de Rs 200 000.

«Le Caudan Live ne s’arrêtera pas au 1er décembre. La plateforme du Caudan Live a été ouverte le 12 août. Nous avons reçu déjà une quinzaine de vidéos pour la musique, et trois ou quatre pour le théâtre. Maintenant, nous voulons booster la catégorie slameur et folk en particulier. Il est très important de mettre en avant le côté folklorique», conclut Ashish Beesoondial.

Ed Elbourne: «Le théâtre disposera d’équipements ‘state of art’»

Ed Elbourne de la compagnie Arup Venues, concepteur du théâtre du Caudan Arts Centre

Votre compagnie conçoit des salles à travers le monde. 430 places, est-ce la norme pour un théâtre?

Je pense que 430 places, c’est bien pour un théâtre, surtout si vous souhaitez une meilleure connexion avec le public. Si c’est plus de 500 places, cette interaction se perd. Nous avons déjà conçu des théâtres plus petits, soit de 120 places à Londres.

Depuis combien de temps travaillez-vous avec le Caudan Arts Centre et que prévoyez-vous?

Nous travaillons avec le Caudan Arts Centre depuis trois ans. Le design du théâtre a été peaufiné au fil du temps avec l’aide de l’architecte. Nous travaillons beaucoup sur les aspects techniques du théâtre, qui sera le «state of art» en termes d’équipements. Le son doit être de très haute facture, la lumière, «the scenery than can go up and down», le confort du public.

Une trappe anglaise est prévue dans le plancher du plateau, ce qui permettra aux artistes de monter plus rapidement sur scène. Nous nous assurons qu’ils se sentent proches de leur public également. Et enfin, le décor et les finitions qui sont très importantes pour l’acoustique du théâtre. Une partie des équipements sont déjà arrivés, nous pensons être fin prêts d’ici le 1er décembre.

Est-ce que le théâtre du Caudan Arts Centre bénéficiera des dernières technologies de pointe?

Non, je ne le pense pas car la technologie évolue rapidement. Notre travail est assez compliqué car pratiquement tous les cinq ans, tout change. Les technologies telles que le LED lighting sont assez récentes et le Caudan Arts Centre est parmi les premiers théâtres où l’on a utilisé cette technologie.

Dans une dizaine d’années, la technologie va certainement évoluer. Celle que nous avons apportée au Caudan Arts Centre pourra être utilisée pendant les 20 années qui viennent, voire les 40 ans à venir.

Est-ce que ce théâtre pourra être utilisé pour des prestations nécessitant une acoustique particulière comme l’opéra, par exemple?

Oui, il pourra être utilisé pour ce type de performances aussi. Nous avons ajusté le son pour qu’il s’adapte aux discours et à la musique, mais cela ne veut pas dire qu’il ne pourra pas être utilisé pour la prestation d’un quartet à cordes, par exemple. Cela demandera quelques ajustements au niveau du son certainement, mais ce sera possible. Ce sera un théâtre qui pourra accueillir une variété de prestations.

Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées en travaillant à Maurice?

Maurice est éloigné de l’Europe, où se trouvent les fabricants d’équipements dont nous avons besoin. À cause de la distance, cela nous a demandé une plus importante logistique. Nous avons dû compter six semaines pour que les équipements arrivent. Il y a aussi le climat. À Maurice, l’atmosphère est humide. Nous avons une préférence pour les moquettes et les tissus moelleux pour l’acoustique mais tout ceci ne va pas avec votre climat. Il nous a fallu penser à des alternatives.

Parlez-nous de la maintenance de ces équipements.

Le Caudan devra s’occuper de cette maintenance. Il devra employer une équipe technique, qui devra veiller à la maintenance tous les jours. Les théâtres requièrent un entretien quotidien car les équipements sont souvent déplacés.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires