Me Rama Valayden: l’homme qui tombe à pic

Avec le soutien de
Me Rama Valayden semble être un spécialiste des jugements renversés.

Me Rama Valayden semble être un spécialiste des jugements renversés.

Le jeudi 23 août, les quatre condamnés dans l’affaire L’Amicale ont été libérés après 19 ans d’incarcération. Rama Valayden, leur avocat, a pu prouver une erreur dans le calcul pénitentiaire. Une nouvelle récidive de l’homme de loi, connu pour le renversement des jugements. Tour d’horizon.

L’Amicale

Le 23 mai 1999, un incendie criminel éclate à la maison de jeu L’Amicale. Sept personnes y laissent la vie, nommément Yeh Ling Lai Yau Tim, ses deux filles, Catherine et Eugénie Louise, Jean-Noël Law Wing, Mohamed Fawzee Abdool Hakim, Babooram Luckoo et Jeanette Ramboro, qui attendait un bébé.

En novembre 2000, Sheik Imran, Kallodeen Sumodhee et Nazeeb Keeramuth sont condamnés. Trois ans plus tard, Rama Valayden produit un rapport intitulé Wrongfully convicted, clamant leur innocence. Après une demande à la commission de pourvoi en grâce, les détenus ont finalement été libérés le 23 août 2018.

Marcelin Azie

En 2003, cet homme de 27 ans était accusé du viol et meurtre de Nadine Dantier. «Non seulement, il avait avoué mais également donné des indications sur le lieu du crime. Des manifestations avaient eu lieu contre moi, y compris les membres du Mouvement Républicain, mon parti», confie Rama Valayden. L’avocat avait sollicité des tests ADN, ce qui a joué en faveur de la libération de Marcelin Azie. «J’étais convaincu de son innocence. Et jusqu’à présent, je cherche toujours le coupable dans cette affaire», soutient-il.

Michaela Harte

Le 10 janvier 2011, Michaela Harte, jeune mariée irlandaise en lune de miel à Maurice avec son mari, John McAreavey, est retrouvée morte dans sa chambre d’hôtel. Deux employés de l’établissement, Avinash Treebhoowoon et Sandip Moneea, avaient été arrêtés et conduits devant les Assises pour le procès avant d’être relaxés après décision des neuf jurés. Défendant Sandip Moneea, Me Rama Valayden avait soumis un rapport aux autorités relevant des anomalies au niveau de l’enquête policière.

Helen Lam Po Tang

Le 15 octobre 2010, Hélène Lam Po Tang avait été poignardée à 25 reprises à son domicile à Baie-du-Tombeau. Sanjeev Nunkoo, employé de Gary Lam Po Tang, époux de la victime, avait été arrêté dans cette affaire. En cour, Rama Valayden avait démontré que le couteau retrouvé n’était pas celui ayant servi au meurtre. «Je l’avais utilisé sur moi devant les jurés et avais pu établir que la victime était déjà décédée avant que la personne ne la poignarde», indique Rama Valayden. Le 30 juillet 2015, Sanjeev Nunkoo a été déclaré non coupable en Cour d’Assises.

Génier, Van Cautreau et Messac, trois Français, acquittés

Ils se nomment Patrick Génier, Régis Van Cautreau et Lionel Messac. Le 19 mars 2011, ces trois Français avaient été accusés d’un viol collectif sur une Mauricienne de 22 ans dans le Nord. Celle-ci se trouvait avec une amie réunionnaise. «L’un des suspects avait voulu se suicider. L’ambassade avait fait appel à moi pour l’en dissuader. Et lors de l’affaire, nous avons pu démontrer que la victime avait menti. L’enquête policière avait également été mal faite», confie-t-il.

Aurore Gros-Coissy

Le 19 août 2011, Aurore Gros-Coissy avait été interpellée avec 1 680 comprimés de Subutex dans ses bagages. Elle avait été condamnée à 20 ans de prison pour trafic après avoir été reconne coupable devant la Cour d’Assises. Me Rama Valayden reprend l’affaire en appel et il réussit à faire renverse le précédent verdict. La condamnation initiale est alors qualifiée «d’injuste». De même, une mauvaise évaluation des preuves par les magistrats avait été évoquée.

Sa méthode

Passionné par les «erreurs judiciaires», Me Rama Valayden affirme que ses propres investigations ont permis de renverser des jugements en relevant des failles. Exerçant depuis 25 ans, l’avocat est souvent sollicité pour les cas pratiquement les plus désespérés et fait même montre de générosité. En effet, il défend gratuitement des suspects qui ne peuvent payer comme dans le cas de L’Amicale. Dans d’autres cas, les honoraires peuvent varier entre Rs 75 000 et Rs 400 000 par affaire pour les clients ayant les moyens.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires