Que sont-ils devenus? John Dacruz: «À croire que l’école serait devenue un instrument pour éliminer»

Avec le soutien de
John Dacruz, ex-maire de Beau-Bassin–Rose-Hill et ancien haut-commissaire.

John Dacruz, ex-maire de Beau-Bassin–Rose-Hill et ancien haut-commissaire.

Diplômé d’univer sité en économie et comptabilité, John Dacruz a repris ses cours à la fin de ses mandats dans le service public. Le pédagogue prend plaisir à partager avec ses élèves la riche expérience acquise durant son parcours. Au contact des adolescents venus des milieux défavorisés, l’enseignant peut mesurer les difficultés qu’ils rencontrent.

«Je suis inquiet pour l’avenir. Plus de 50 % de nos jeunes ne termineront pas leur cursus avec succès. Auparavant, ils trouvaient de l’emploi dans des secteurs comme le textile. Mais aujourd’hui, ce n’est plus le cas. C’est à croire que l’école serait devenue un instrument pour éliminer.»

Que vont faire ces jeunes qui sont jetés sur le pavé après qu’on les a retenus en scolarité jusqu’à l’âge de 20 ans ? demande John Dacruz. «Les responsables de l’Éducation nationale parlent du Nine- Year Schooling et proposent des réformes, mais ils ne prennent pas la peine de descendre sur le terrain pour appréhender la réalité. C’est regrettable.»

Durant sa carrière, l’enseignant s’est retrouvé pendant un peu plus d’un an à Agalega. «C’est le meilleur moment de ma carrière», confie notre interlocuteur. L’ancien maire n’a que des éloges pour l’île et les Agaléens.

«C’est un endroit merveilleux et les habitants sont d’une bonté extraordinaire. Travailler à Agalega, c’est une expérience unique.» John Dacruz trouve que c’est dommage qu’un mode de vie particulier et très proche de la nature disparaîtra bientôt. Mais, réaliste, il dit accepter ces changements inexorables.

«Le MMM (…) a formé tant de jeunes»

Même s’il n’est plus aussi actif politiquement, John Dacruz n’est pas insensible aux défections au sein de son parti, le Mouvement militant mauricien (MMM). «C’est triste que le MMM ne soit plus une des locomotives lors des élections. Ce parti a eu une contribution significative à la vie politique du pays. Le MMM est une école qui a formé tant de jeunes.»

L’ancien cadre du parti se souvient de ses débuts au MMM dans la branche de Camp-Levieux, à Rose-Hill, en 1975. Par la suite, il a gravi les échelons pour se retrouver conseiller municipal et plus tard maire des villes soeurs.

Quand le MMM accède à nouveau au pouvoir en 1995, John Dacruz est nommé président du conseil d’administration du Central Electricity Board. Quelques années plus tard, il fait un passage dans la diplomatie. Il est haut-commissaire de Maurice à Pretoria.

Le militant est fier d’avoir pu servir son pays honorablement à des postes de responsabilité. Même si la politique ne l’attire plus autant, il est prêt à s’engager, s’il y a une réunification de la famille militante. John Dacruz souhaite cela ardemment, mais il reste réaliste. «Ce sera difficile, trop de choses ont changé», admet-il.


Son parcours

  • 1975 : Se joint au MMM
  • 1982 : Élu conseiller municipal
  • 1993 : Maire de Beau-Bassin–Rose-Hill
  • 1994 : Président du Central Electricity Board
  • 2000-2005 : Ambassadeur en Afrique du Sud
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires