State Bank Of Mauritius: après Raj Dussoye, quatre hauts cadres blâmés ?

Avec le soutien de
La SBM Tower est au centre d’une tempête qui ne cesse de s’amplifier.

La SBM Tower est au centre d’une tempête qui ne cesse de s’amplifier.

Les yeux des directeurs et hauts cadres de la SBM sont braqués depuis hier sur la BoM Tower. Pour cause, la soumission du rapport EY sur la SBM Saga au Second Deputy Governor, Vikram Punchoo. Des échos provenant de la banque indiquent que les conclusions seraient «damning » contre au moins quatre hauts cadres qui risqueraient la suspension.

Au 16e étage de la BoM, les deux adjoints, nommément Renganaden Padayachy et Vikram Punchoo, en l’absence du gouverneur en voyage, se sont réunis pendant de longues heures pour éplucher le rapport et analyser les critiques émises par les enquêteurs quant aux procédures suivies par les différents comités pour octroyer le prêt transfrontalier à Pabari Investments. Mais aussi d’étudier les manquements notés par l’équipe d’EY quant à la manière dont ce prêt a été géré par les dirigeants de la banque.

Lors de la conférence de presse du 20 août dernier tenue par la Banque de Maurice, rendant compte des délibérations de la réunion du Comité de la politique monétaire, le Second Deputy Governor, Vikram Punchoo a joué la carte de la transparence en insistant sur le fait que la BoM agira en toute indépendance sur la base des conclusions du rapport EY et des sanctions qui pourraient éventuellement être recommandées.

Pour le moment, on ne connaît pas l’identité des cadres dont les noms sont cités dans ce rapport et des reproches dont ils font l’objet. En revanche, l’ex-CEO démissionnaire, Raj Dussoye, a laissé entendre, ces derniers jours, à son entourage, qu’il aurait été victime des cadres supérieurs de son équipe concernant l’affaire Pabari. Et que malgré qu’ils soient bien rémunérés à plus de Rs 200 000 par mois, ils n’ont pas fait correctement leur travail et l’ont induit en erreur. Une thèse à laquelle souscrivent certains observateurs qui persistent à croire qu’il aurait été le parfait bouc-émissaire à porter le chapeau dans cette affaire.

Par ailleurs, au moment même où la SBM Tower fait face à une tempête, voilà que le Chairman de la holding Kee Chong Li Kwong Wing s’est rendu au Kenya pour relancer les opérations de l’ex-Chase Bank sous l’administration de la Kenya Deposit Insurance Corporation depuis avril 2016, passée aujourd’hui sous l’enseigne de SBM Bank (Kenya). «Est-ce le bon timing pour aller inaugurer une filiale de la SBM même si la date avait déjà été arrêtée. Si on veut détourner l’attention de la population en faisant croire que c’est business as usual à la banque, c’est déjà raté», souligne-t-on dans les milieux financiers.

Affaire à suivre.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires