Négligence médicale: le Dr Mario Ng conteste la décision du Medical Council

Avec le soutien de
Le Medical Council a infligé au Dr Mario Ng une «severe reprimand».

Le Medical Council a infligé au Dr Mario Ng une «severe reprimand».

Le Medical Council lui a infligé un «severe reprimand». Ce que conteste le Dr Ah Piang Mario Ng Kuet Leong. D’où sa demande de révision judiciaire. L’affaire a été appelée devant la Cour Suprême, la semaine dernière. Le juge Asraf Caunhye a réservé son jugement.

Le gynécologue avait été reconnu coupable de négligence médicale suivant le décès d’une patiente le 23 novembre 2005. Le Conseil de l’ordre des médecins ayant estimé qu’il avait violé l’article 14(1) (b) de la Medical Council Act. C’est ainsi que le médecin a été «sévèrement réprimandé». Une décision que le Dr Mario Ng Kuet Leong estime «déraisonnable, irrégulière, ultra-vires, illégale et contraire aux principes de la justice naturelle».

Le gynécologue, qui a plus de 20 ans d’expérience, a dressé une chronologie des événements. Indiquant que sa patiente est décédée à la clinique, après avoir mis au monde une fille en bonne santé. «J’avais écrit au ministère de la Santé le lendemain, pour l’informer de qui s’est passé, alors je n’étais pas obligé de rapporter cette affaire. Je l’ai fait volontairement.»

Un comité d’enquête devait toutefois être mis sur pied pour faire la lumière sur ce décès. «On ne m’a pas demandé d’apporter des preuves, ni des témoins pour les contre-interroger. Mes droits n’ont pas été respectés lors des audiences», soutient le médecin, qui a plaidé non coupable.

 Décision «biaised»

Ce n’est qu’au bout de cinq ans, ajoute le Dr Ng Kuet Leong, que l’affaire a été référée au Medical Tribunal. À la suite de quoi le Medical Council a décidé de le sanctionner par le biais un «severe reprimand». Or ce n’est qu’après un mois, soutient le gynécologue que cette décision lui a été communiquée. Ce qui, dit-il, est en violation du délai légal tel qu’établi par l’article 17(6) de la Medical Council Act.

Le Dr Ah Piang Mario Ng Kuet Leong a évoqué, par ailleurs, les pouvoirs limités dont disposerait le Medical Tribunal. De ce fait, estimant que la décision du Medical Council est «biaised», il a demandé qu’elle soit renversée.

Et puis, a insisté le gynécologue, «il y a eu un délai de 10 ans entre le décès de la patiente et la sanction prononcée par le Conseil, ce qui constitue une violation». Cependant, pour le Medical Council, représenté par le Me Robin Ramburn, SC, le délai prévu sous la loi n’est pas obligatoire dans ce cas présent.

Le Dr Ah Piang Mario Ng Kuet Leong a retenu les services de Me Urmila Boolell, SC, et Me Nikhil Boolell, ainsi que de Me Feroza Maudarbocus-Moolna, Senior Attorney.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires