Travailleurs du transport: «Le PM et Bodha connaissent notre force de frappe», prévient Subron

Avec le soutien de
Ashok Subron menace le gouvernement d’une confrontation si jamais les discussions ne reprennent pas.

  Ashok Subron menace le gouvernement d’une confrontation si jamais les discussions ne reprennent pas.  

Face à la presse, ce mardi 21 août, Ashok Subron, le négociateur de l’Union of Bus Industry Workers (UBIW), a lancé un ultimatum à Nando Bodha. Si la réunion pour discuter de l’accord tripartite proposé au gouvernement l’année dernière n’est pas accordée, le syndicat ira vers la confrontation.

«Nous lançons un ultimatum pour que les employés aient leur augmentation salariale et que les conditions soient revues», a menacé Ashok Subron. Il reconnaît qu’il est «regrettable d’en arriver là». Or, dit-il, c’est le seul moyen que l’UBIW a trouvé pour sauvegarder les intérêts des travailleurs dans le secteur du transport.

Ashok Subron a tenu a rappelé la dernière fois que le syndicat avait décidé de prendre des actions en 2013. «Pravind Jugnauth et Nando Bodha étaient venus nous soutenir à Bonne-Terre. Ils sont au courant de notre force de frappe.»

Le négociateur est aussi revenu sur les risques de perte d’emplois dans ce secteur avec l’arrivée du Metro Express. En août 2017, dit-il, Nando Bodha avait demandé au syndicat de soumettre des propositions. L’UBIW avait soumis le «draft proposal» d’un accord tripartite entre le gouvernement, les syndicats et les travailleurs.

«Nous avions demandé qu’en cas de perte d’emploi, il faudrait des postes alternatifs pour les employés. On avait aussi demandé l’option d’un Voluntary Retirement Scheme», a fait savoir Ashok Subron. Depuis, silence radio. Aucune communication de la part du gouvernement n’est parvenue à l’UBIW.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires