Recrutement: la Disciplined Forces Service Commission durcit les critères

Avec le soutien de
Jusqu’à présent, l’approbation de la police suffisait pour un recrutement.

Jusqu’à présent, l’approbation de la police suffisait pour un recrutement.

Suivant la polémique concernant le recrutement d’un gardien de prison qui est accusé de meurtre, la Disciplined Forces Service Commission (DFSC) a décidé de revoir le système de recrutement des membres des unités de la police.

Jusqu’à présent, il fallait seulement l’approbation de la police pour qu’un postulant soit sélectionné. Dorénavant, explique une source de la DFSC, tous les postulants devront soumettre une attestation de bonne conduite. Un rapport du National Security Service et de la Cybercrime Unit sera aussi demandé. De plus, les fréquentations des candidats sur les réseaux sociaux seront scrutées.

Suivant cette présélection, les postulants seront soumis à un test psychologique et psychiatrique. «Ils seront aussi soumis à une analyse sanguine pour déceler la présence de drogues», ajoute notre interlocuteur.

Avec l’ancien mode de recrutement, le jeune homme de 22 ans, accusé de meurtre, est passé entre les mailles du filet. Il avait avoué les faits en 2012 et l’enquête préliminaire a débuté en juillet dernier. Il est actuellement en liberté conditionnelle. Mais comme il n’a pas été condamné, son casier judiciaire est vierge. Par contre, une vingtaine de candidats n'ont pas été sélectionnés pour être gardiens de prison du fait qu'ils ont un casier judiciaire. 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires