Vidéo postée sur Facebook: la famille Ballam entamera des poursuites

Avec le soutien de
(Photo d’illustration) Des Facebookers ont partagé la vidéo de Khaleem Ballam en pleine crise.

(Photo d’illustration) Des Facebookers ont partagé la vidéo de Khaleem Ballam en pleine crise.

Leur réputation a été ternie et il y a eu non-assistance à personne en danger. C’est pour ces raisons que les proches de Khaleem Ballam comptent entamer des poursuites. Ce médecin a été filmé sortant de sa voiture, pris de convulsions et poussant des cris de terreur. La vidéo circule sur la Toile depuis dimanche 19 août dernier.

Plusieurs internautes sur les réseaux sociaux ont affirmé que Khaleem Ballam était sous l’effet de produits illicites. Ce que réfute son frère jumeau, qui n’est autre que le Dr Waseem Ballam et l’ex-président de la Medical Health Officers Association. Selon les dires du Dr Waseem Ballam, son frère souffre d’épilepsie depuis plusieurs années et a suivi des traitements à trois reprises à l’hôpital de Rose-Belle. «La dernière fois qu’il avait fait une crise remonte à deux ans et demi, voire trois ans.»

Toutefois, il condamne ceux qui ont filmé son frère et qui se sont contentés de s’attrouper autour de lui. «Ils ont préféré le filmer que de prévenir les services hospitaliers. C’est dommage

Les Ballam ne comptent pas s’arrêter là. «Nous allons les poursuivre pour non-assistance à personne en danger. Et pour atteinte à la réputation car les commentaires postés sur les réseaux sociaux ont aussi fait du mal à la famille.» Comment se porte le protagoniste de la vidéo ? «Actuellement, on l’a placé en clinique et il a subi plusieurs tests. Heureusement, il se porte bien», confie l’ancien président de la Medical Health Officers Association.

Contacté, le docteur Dominique Lam Thuon Mine soutient qu’une personne épileptique ne devrait pas prendre le volant. «On ne sait pas à quel moment elle peut avoir une crise.»

Comprendre l’épilepsie

Cette maladie se caractérise par une augmentation soudaine de l’activité électrique dans le cerveau. Ce qui entraîne une perturbation temporaire de la communication entre les neurones. Habituellement, ces perturbations sont de courte durée. Elles peuvent avoir lieu soit dans une zone précise du cerveau. Contrairement à ce que l’on peut penser, les crises d’épilepsie ne s’accompagnent pas toujours de mouvements saccadés ou de convulsions. Elles peuvent être moins spectaculaires. Elles se manifestent alors par des sensations insolites, comme des hallucinations olfactives ou auditives, avec ou sans perte de conscience, et par diverses manifestations, tel un regard fixe.

(source : passeportsanté.net)

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires