Décès d’Harmon Chellen: Me. Valayden écrit au Président Seychellois

Avec le soutien de
Le directeur est décédé aux Seychelles en 2014

Le directeur est décédé aux Seychelles en 2014

Il y a des zones d’ombre. C’est ce que maintiennent Jayshree Chellen, dont l’époux, Harmon, est décédé aux Seychelles, il y a quatre ans, et Me Rama Valayden qui représente la famille, au sujet des circonstances entourant la mort de l’ancien directeur de l’École hôtelière Gaëtan Duval. Aucune conclusion d’enquête n’ayant été fournie par les autorités de l’archipel, l’avocat a écrit au Président Seychellois récemment et compte publier ses observations personnelles sur cette affaire.

Harmon Chellen est décédé le 18 août 2014, aux Seychelles. Son corps avait été repêché dans le lagon. La victime était en déplacement dans l’île pour une cérémonie mais avait été arrêtée après qu’une plainte a été logée par une employée de son lieu d’hébergement.

Si la police Seychelloise a avancé la thèse de la noyade, les proches et Rama Valayden soupçonnent qu’il y a eu cover-up. «Les Seychelles continuent à tergiverser, croyant que la famille va s’essouffler. Pour moi, c’est délibéré. Il y a eu foul play», s’insurge-t-il.

«Le 5 août 2018, j’ai écrit au PM Seychellois et j’attends sa réponse. S’il ne réagit pas, je publierai un rapport sur mes observations dans cette affaire, à Maurice, et je l’enverrai également aux instances des droits de l’homme», affirme Rama Valayden.

L’avocat et la famille d’Harmon Chellen soulignent plusieurs anomalies dans l’enquête policière aux Seychelles. «Il a été clairement démontré que le corps d’Harmon Chellen portait des traces de coups», indique l’homme de loi, en s’appuyant également sur une contre-expertise effectuée par les Drs Satish Boolell et Sudesh Kumar Gungadin, médecins légistes mauriciens.

Jayshree Chellen précise, elle, que son mari avait des hématomes à la tête et des blessures soupçonnées d’avoir été produites par un coup-de-poing américain. Rama Valayden fait également ressortir que le médecin légiste seychellois ne s’est jamais présenté en cour.

Un autre doute subsiste quant aux accusations de l’employée de l’hôtel. D’après l’avocat, à l’heure mentionnée par celle-ci, Harmon Chellen était en communication avec sa famille sur le téléphone de l’établissement.

L’épouse de la victime avance qu’elle n’a pas les moyens de continuer les démarches et que ses huit déplacements aux Seychelles ont été infructueux puisqu’aucune conclusion d’enquête ne lui a été fournie. «Ce n’est pas évident. La mort d’Harmon est une grande perte pour toute la famille.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires