Affaire Lutchigadoo: brûlé dans un incendie, le policier Narain a repris connaissance

Avec le soutien de
Le policier Amitsingh Narain a été brûlé dans un incendie mercredi 15 août.

Le policier Amitsingh Narain a été brûlé dans un incendie mercredi 15 août.

Il avait été sauvé d’un incendie dans l’après-midi du mercredi 15 août. Et ce vendredi 17 août, le policier Amitsingh Narain, affecté au Vacoas Detention Centre et actuellement suspendu suivant l’escapade de Kusraj Lutchigadoo, a repris connaissance.

«Mo garçon so latet ti pé bien fatigué dépi enn an so madam inn kit li. Il ne dormait même pas le soir. Il marchait et fixait le plafond...»

La mère du constable Amitsingh Narain confie que les malheurs s’abattent sur son fils de 38 ans. Son épouse l’a quitté, il a été suspendu de ses fonctions et maintenant cet incendie… «Mo garçon so latet ti pé bien fatigué dépi enn an so madam inn kit li», relate sa mère de 56 ans.

«Il ne dormait même pas le soir. Il marchait et fixait le plafond. Il pensait à ses enfants de 11 et 9 ans qui n’étaient plus avec lui. Ensuite, il a eu des problèmes au travail. Il buvait de temps en temps pour oublier sa souffrance», raconte la quinquagénaire.

Le policier domicilié à Union-Park dormait dans sa chambre lorsqu’un incendie a éclaté dans une pièce à côté. Sa mère n’était pas présente dans la maison au moment des faits, se trouvant chez sa fille. Des voisins ont alerté la police et les pompiers.

Retrouvé inconscient, le trentenaire qui a inhalé une importante quantité de monoxide de carbon a été transporté à l’hôpital Jawaharlal Nehru.

À ce stade, la police n’écarte aucune hypothèse quant aux circonstances de cet incendie. L’enquête est menée par le chef inspecteur Gopal de la police de Nouvelle-France, sous la supervision de l’assistant commissaire de police Ramsurrun

Amitsingh Narain avait été arrêté en mai ainsi que ses deux collègues Akashsing Goomany et Jacques Henry Augustin. Ils étaient de service le jour de l’escapade de Kusraj Lutchigadoo du centre de détention de Vacoas. Ils répondent d’une accusation provisoire de complot en vertu de l’article 109(1) du code pénal. Ils sont soupçonnés d’avoir ourdi un complot avec les détenus Ashish Dayal et Kusraj Lutchigadoo pour commettre un acte criminel. Ils sont en liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de Rs 7 000 et une reconnaissance de dette de Rs 100 000.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires