Championnats d’Afrique: agressé, Bradley Vincent ne pourra s’entraîner pendant dix jours

Avec le soutien de
Le nageur ne pourra pas s’entraîner pendant une dizaine de jours, compromettant sa préparation pour les prochains Championnats d’Afrique.

  Le nageur ne pourra pas s’entraîner pendant une dizaine de jours, compromettant sa préparation pour les prochains Championnats d’Afrique.  

Drame, jeudi 16 août, pour le multiple recordman de natation Bradley Vincent. En sortant de sa voiture à Phoenix, il est frappé à la tête par un chauffeur de transport scolaire. Blessé en haut du crâne par un câble électrique utilisé par son assaillant, Bradley Vincent reçoit ensuite sept points de suture en clinique.

Après ses entraînements à SPARC, Médine, Bradley Vincent rentre chez lui en voiture. Empruntant le tronçon de Beau-Songes – Phoenix, il se trouve bloqué dans les embouteillages, sur la route menant à Jumbo, entre Socota Phoenicia et Auto City. «Il était environ 7h30. On était en plein trafic. Un chauffeur de van scolaire n’arrêtait pas de klaxonner. Il voulait me dépasser mais je ne pouvais pas avancer en raison des embouteillages», selon la version du nageur. Celui-ci voit le chauffeur sortir de son véhicule et venir en sa direction en vociférant. Ce à quoi, il lui répond qu’il ne peut rien faire d’autre.

L’entaille causée en haut du crâne du nageur.

Sans crier gare, l’agresseur assène plusieurs coups sur la tête de Bradley Vincent. L’un d’eux occasionne une profonde entaille sur son crâne. «Sous le choc, je tombe sur lui. À ce moment-là, il laisse tomber le câble. Je le ramasse et l’envoie dans les fourrés», poursuit-il (NdlR : le câble va atterrir dans un arbre). «C’est en voyant mon sang couler sur la tête et les yeux, que le chauffeur de van scolaire me laisse avant de retourner à son véhicule et partir.» Nous n’avons pas pu mettre la main sur le chauffeur pour obtenir sa version des faits.

Bradley Vincent a reçu sept points de suture à la tête à la suite de son agression.

Heureusement, le nageur arrive à contacter une clinique de Curepipe pour lui porter assistance. Des proches se dépêchent de le rejoindre à Phoenix et de l’y emmener. Il en ressort avec sept points de suture et un avis du médecin lui recommandant de ne pas s’entraîner pendant 10 jours. Cette nouvelle ne l’enchante guère puisque cela vient compromettre sa préparation pour les Championnats d’Afrique en Algérie (10-16 septembre). Mais, comme dit sa mère Diane, le plus important «c’est que Bradley soit en vie»…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires