Jeux de hasard: Les parieurs font la pluie et le beau temps dans les villages

Avec le soutien de
Les enseignes de paris pullulent dans les villages.

Les enseignes de paris pullulent dans les villages.

On serait bien loin d’éradiquer la nasion zougader. Les enseignes proposant des paris pour le PMU, les courses hippiques et le football pulluleraient à Goodlands, Flacq, Rose-Belle, Triolet ou encore St-Pierre, entraînant avec eux leurs lots de problèmes. À tel point que des habitants de Triolet ont tiré la sonnette d’alarme en envoyant une lettre de doléances au commissaire de police, à la Mauritius Revenue Authority ainsi qu’au ministère des Finances et au conseil de district de Pamplemousses, la semaine dernière. Dans son Budget, en 2015, Vishnu Lutchmeenaraidoo, alors ministre des Finances, avait annoncé qu’il voulait mettre de l’ordre dans les paris et délocaliser les enseignes bénéficiant du financement de l’État. Toutefois, selon plusieurs sources, cette mesure a depuis été relayée au second plan. Pendant les trois dernières années, plus de 75 licences ont été émises. Parmi elles, 34 ont été raflées par la compagnie SMS Pariaz Limited. Dans les zones résidentielles de plusieurs villages, la colère gronde. Il y aurait de gros embouteillages aux alentours des enseignes proposant des paris. Pour cause : les zougader se garent ici et là. «Le matin et surtout les samedis, c’est la pagaille», lance Vikram Bundhooa, conseiller de Triolet. D’affirmer qu’il n’y a «personne pour régler la situation.» À St-Pierre et Flacq, les conseillers se disent aussi dépasser par les embouteillages et la pollution sonore. «Il y a du bruit, des cris et des jurons qui fusent de partout, kan pé gagné é kan pé perdi», avancent des habitants. «Est-ce cela que nos enfants doivent entendre ?»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires