Accident mortel à Triolet: «La collision était inévitable»

Avec le soutien de
Le deux-roues sur lequel se trouvait la victime, Vijay Raj Woochit (en médaillon), est entré en collision avec une BMW.

  Le deux-roues sur lequel se trouvait la victime, Vijay Raj Woochit (en médaillon), est entré en collision avec une BMW.

Il fait l’objet d’une accusation provisoire d’homicide involontaire, suivant l’accident survenu à Triolet, hier, au cours duquel Vijay Raj Woochit, 47 ans, a perdu la vie. Mais le Français Jeremy Heuls, pilote chez Air Corail, est catégorique. «La collision était inévitable.»

Le drame s’est produit dans la matinée. La victime était à moto. Son ami et collègue, Netty Curpanen, 33 ans, était passé le récupérer à D’Épinay. Ces employés du ministère de l’Environnement devaient se rendre sur un chantier dans le Nord.

À hauteur du by-pass de Triolet, le deux-roues entre en collision avec la BMW que conduisait Jeremy Heuls. Selon le Français, qui est à Maurice depuis un an et demi, il se dirigeait vers Grand- Baie et la moto, qui se trouvait devant lui, était en stationnement. À un moment, soutient- il, le deux-roues aurait démarré soudainement. «La collision était inévitable. C’était comme si la moto voulait faire un U-Turn.»

Dépêché sur le lieu, le personnel du SAMU n’a pu que constater le décès de Vijay Raj Woochit. L’autopsie pratiquée par le médecin légiste, le Dr Maxwell Monvoisin, a attribué le décès du quadragénaire à de multiples blessures.

Quant à Netty Curpanen, domicilié à Petite-Julie, Pamplemousses, il a été conduit à l’hôpital SSRN. Il y est admis. Et n’a pas encore donné sa version des faits.

Jeremy Heuls et Netty Curpanen ont été soumis à un alcotest qui s’est révélé négatif. Le permis de résident du Français, qui a posé ses valises à Balaclava, expire en juillet 2020. Il a retrouvé la liberté conditionnelle après avoir fourni une caution de Rs 10 000 et signé une reconnaissance de dette de Rs 30 000.

Au dire de ses proches, Vijay Raj Woochit, qui était veuf et sans enfants, ne vivait que pour son travail. «Li pa sorti mem. Li konn zis lakaz, travay. Li ti bien trankil.» Le quadragénaire, qui habitait avec ses frères, caressait le rêve de construire sa maison.  Ses funérailles ont eu lieu hier.

L’enquête est menée par le chef inspecteur Cooroopdass et la police de Triolet, sous la supervision du surintendant de police Dawoonarain, Divisional Commander Northern. Depuis le début de l’année, 109 personnes ont péri dans des accidents de la route.

 
 
Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires