Infrastructures: Ces ponts des soupirs

Avec le soutien de

Trop étroits quand deux véhicules se croisent. Quand ils ne sont pas carrément dangereux. Plusieurs ponts font pousser bien des soupirs aux usagers de la route. Le Budget 2018-2019 prévoit l’amélioration d’une demi-douzaine d’entre eux. Histoire de ne pas couper les ponts.

Bruniquel, serpentin à l’entrée de Baie-du-Tombeau

Qui est le personnage qui a donné son nom au pont à l’entrée de Baie-du-Tombeau ? Yvan Martial, ancien rédacteur en chef et historien, nous renseigne. Il s’agit de Numa Bruniquel qui possède de vastes propriétés dans la région. Une partie de ses terres sert à la construction du pont. Si la date de construction du pont initial n’est pas disponible, il ressort que ce pont a été reconstruit vers 1875-76, «durant le mandat de Félix Poulin comme maire de Port-Louis». Le pont a par la suite été exhaussé, c’est-àdire reconstruit plus haut durant le mandat de Thomy Pitot comme maire (1896-1902). Il est celui qui a donné son nom à Vallée-Pitot. Le pont Bruniquel enjambe la rivière Terre-Rouge qui prend sa source à la montagne L’Echelle Rock.

Radier Saint Martin, ne plus être à fleur d’eau

Les travaux vont bon train actuellement au radier Saint Martin, du côté de Bel-Ombre. Il s’agit du plus gros chantier en termes de budget. Coût total : Rs 75 millions. L’année dernière, le Budget avait alloué la somme de Rs 49 millions à ce projet. Cette année, une enveloppe de plus de Rs 34 millions lui a été accordée. Continuez la route, direction Rivièredes- Galets, pour traverser le pont Sainte Marie. Et profiter de la vue sur l’îlot Sancho.

Joli bois, la discrétion de Mare-Tabac

Le pont Joli bois porte le nom d’une localité de Mare-Tabac. Pour ce projet d’amélioration d’un total de Rs 27 millions, le Budget a accordé Rs 20 millions.

St Denis, la surprise de Chamarel

Demandez à Vishal Seesahye, conseiller de Chamarel au conseil de district de Rivière-Noire, ce qu’il pense des travaux à venir au pont St Denis. Surpris, le conseiller affirme : «Je n’étais pas au courant». Il accueille bien sûr positivement toute amélioration des infrastructures. «Chamarel est un village qui compte 18 restaurants», souligne-t-il. «On aurait dû faire une route du tourisme dans cette région. Mais comme on est en hauteur et que la route est difficile, on oublie parfois qu’il y a des gens qui habitent ici.» Pour ce conseiller de district, la priorité est ailleurs. Plus à l’intérieur du village, au pont Désiré. Sur place, il nous montre un pont sommaire entouré d’habitations où l’on élève cochons et poules. «Quand il y a de grosses pluies et que le pont Désiré est impraticable, les habitants sont coupés du reste du monde.» Il explique que des visites avec les autorités concernées ont déjà eu lieu. Et que l’affaire a été portée en Cour suprême, pour obtenir l’autorisation de faire une déviation de la rivière. Depuis, les habitants attendent. Dans le cas du pont qui traverse la rivière St Denis, le conseiller confie qu’une distillerie d’huiles essentielles va bientôt s’installer à proximité.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires