Réajustement salarial des fonctionnaires: la menace d’une grève de la faim brandie

Avec le soutien de
La FSSP se penche déjà sur la possibilité d’une grève de la faim.

La FSSP se penche déjà sur la possibilité d’une grève de la faim.

La Fédération des syndicats du secteur public (FSSP) réitère sa demande de réajustement des salaires des fonctionnaires suivant l’introduction du salaire minimum. C’était lors d’une conférence de presse, ce vendredi 10 août, au Jade Court, à Port-Louis. Le président Rashid Imrith n’écarte pas la possibilité d’une grève de la faim si le gouvernement ne l’écoute pas.

Le salaire des fonctionnaires doit être revu. La FSSP a écrit au Premier ministre, le 19 février, pour l'informer que «tou bann salerr inn débalansé». L’affaire a été référée au ministère de la Fonction publique, mais depuis, c’est le silence radio. «Nous exigeons une explication de la part du directeur du Pay Research Bureau», a martelé le président de la FSSP.

Certes, un rapport a été envoyé à l’hôtel du gouvernement, mais le contenu ne peut être dévoilé. Ce qui fait dire à Rashid Imrith qu’il y a connivence pour empêcher l’augmentation salariale des 83 000 fonctionnaires. «C’est autant de personnes que le ministère invite à la confrontation», a-t-il fustigé.

La FSSP n’a pas l’intention de rester les bras croisés. Des actions syndicales seront menées jusqu’à ce que le gouvernement se décide à réajuster les salaires à travers trois augmentations basées sur le Master Scale Salary en vigueur depuis janvier de cette année. Le 20 août, une manifestation sera organisée devant le Parlement et marquera le début des actions de la FSSP.

Ces actions, a affirmé Rashid Imrith, culmineront avec une grève de la faim. Pour rappel, le syndicaliste a déjà fait deux grèves de la faim en 2013 et 2016.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires