Il y a 51 ans: l’électorat Mauricien vote pour l’indépendance

Avec le soutien de
Gaétan Duval et Sir Seewosagur Ramgoolam respectivement leader du PI et du PMSD.

Gaétan Duval et Sir Seewosagur Ramgoolam respectivement leader du PI et du PMSD.

Le 8 août 1967

Les résultats du scrutin de la veille est sans appel 39 élus pour le parti de l’Indépendance  (PI) et 23 pour le Parti Mauricien Social Démocrate. 

Le 7 août 1967 a lieu les premières élections générales avec 20 circonscriptions à trois députés. L’enjeu principal de ce scrutin est le choix entre l’indépendance du pays et l’association avec la Grande-Bretagne. La consultation prend alors la forme d’un referendum pour ou contre l’indépendance. 

Le Parti travailliste, le Comité d’Action Musulman (CAM) et l’Independent Forward Block menés respectivement par sir Seewoosagur Ramgoolam, Abdool Razack Mohamed et Sookdeo Bissoondoyal forment le PI. Cette  alliance réclame la fin de la colonisation du pays. Elle tire son soutien de la classe ouvrière plus particulièrement en région rurale. 

Gaëtan Duval qui a succédé à Jules Koenig à la tête du PMSD mène le combat contre l’indépendance. Son parti est surtout soutenu par les possédants la petite bourgeoisie des villes. 

Le PMSD disposant de moyens considérables fait une campagne innovante pour l’époque: affiches en couleur, film documentaire, radio pirate, tee-shirt, concert avant les meetings et  flottes importantes de voitures. 

Le résultat en termes de pourcentage de votes révèlent que le PI a recueilli 56% de suffrages exprimées et le PMSD 44%. Le pays est coupé en deux : les régions rurales se prononcent en faveur de l’indépendance alors que les villes optent pour l’association. 

Les observateurs notent également une fracture sur le plan ethnique : les circonscriptions où la communauté hindoue est majoritaire votent en faveur du PI, alors que celles comptant une majorité d’électeurs musulmans et de la population générale choisissent le PMSD. 

Lors de cette consultation du 7 août, plusieurs figures de proue des partis politiques connaissent la défaite. Parmi les battus : Jules Koenig, ancien leader et président d’honneur à vie du PMSD, le leader du CAM, Abdool Razack Mohamed, et les anciens ministres Guy Forget, Guy Balancy et Michaël Leal. Les députés Robert Rey, Haroon Aubdool, Alex Rima, Hamid Rossenkhan, Jocelyn Maingard ne sont pas reconduits.

Parmi les néophytes qui sont à leur première élection, on retrouve entre autres Raouf Bundhun, yousuf Mohamed e Maurice Lesage.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires