La canicule touche à sa fin, les orages et le vent arrivent

Avec le soutien de
Des enfants et des adultes se rafraîchissent dans les fontaines du Parc André Citroën, le 5 août 2018 à Paris pendant un épisode de canicule.

Des enfants et des adultes se rafraîchissent dans les fontaines du Parc André Citroën, le 5 août 2018 à Paris pendant un épisode de canicule.

La canicule touche à sa fin: après des jours de fortes chaleurs, le dernier pic va être atteint mardi dans plusieurs régions, avant une chute des températures provoquée par des orages qui pourraient être violents par endroits, avec des rafales jusqu’à 120 km/h et de la grêle.

Alors que depuis vendredi 67 départements étaient en vigilance orange canicule -- égalant le record de juin 2017 --, Météo-France a levé mardi cette alerte pour 21 d’entre eux, notamment dans le Sud-Ouest.

En revanche le Nord-Est, le Centre et le bassin parisien connaissaient encore mardi des températures très élevées, avec 39°C relevés à 15h à Vassincourt (Meuse) ou 38°C à Troyes.

Régisseur général à Metz-plage, Frédéric Wotasek attend la baisse promise des températures mercredi. «On va pouvoir respirer, les gens sont anesthésiés pas la chaleur».

Déjà, mardi, Bordeaux respirait à nouveau, sous un ciel gris, avec seulement 29°C attendus.

Cette longue vague de chaleur, de jour comme de nuit, loin malgré tout de la canicule meurtrière de 2003, va prendre fin sur l’ensemble du territoire avec l’arrivée par l’ouest d’une dégradation orageuse.

Interrogée par BFMTV, la ministre de la Santé Agnès Buzyn a précisé qu’elle n’aurait les chiffres de la mortalité liée à la canicule que d’ici «un mois».

Elle a appelé à «la vigilance pour les trois ou quatre jours qui viennent» en notant que «depuis hier ou avant-hier ce sont le plus souvent des personnes âgées qui sont venues aux urgences».

«Les fréquentations liées à la canicule sont autour de 2 à 4% des passages aux urgences, donc c’est très très peu», avait-elle précisé quelques heures plus tôt lors d’une visite d’une maison de santé pluridisciplinaire à Paris.

- Grêle et vent violent -

Des orages parfois violents accompagnés de grêle et de rafales de vent allant jusqu’à 120km/h sont attendus en soirée. Mardi en début d’après-midi, des orages touchaient déjà la Normandie et la Bretagne, et une forte cellule orageuse se développait à l’ouest de Paris.

A 19H00, des orages étaient signalés en Lorraine, Haute-Marne, Alsace, dans le Doubs, alors que d’autres orages abordent l’ouest des Ardennes.

Des orages isolés étaient également signalés sur le Massif Central. En milieu de nuit ces orages pourraient atteindre le Beaujolais et «y être assez forts», a mis en garde Météo-France.

En région parisienne, des orages localement forts accompagnés de grêle et de rafales de vents sont prévus jusqu’à 21H00.

Par mesure de sécurité, les parcs et jardins de Caen ont été fermés jusqu’à mercredi matin.

Au total, 60 départements sont en vigilance orange (46 pour canicule, 39 pour orage, mais 25 d’entre eux ont les deux vigilances).

- L’ozone en recul -

La situation sanitaire était d’autant plus sensible que la canicule s’est accompagnée dans plusieurs régions d’une pollution persistante à l’ozone (Île-de-France, Est, vallée du Rhône, Alpes).

En réponse à cette pollution toxique pour l’homme et l’environnement, la vitesse maximale a été réduite de 20 km/h sur de nombreuses routes.

La circulation différenciée qui interdit aux véhicules les plus polluants de rouler était aussi aussi en place dans plusieurs villes, notamment Paris, Lyon, Strasbourg.

Dans le bassin lyonnais-nord-Isère, le niveau de vigilance rouge est maintenu pour mercredi. Les mesures de restriction seront en revanche levée pour la capitale, le bassin grenoblois et dans le Grand-Est.

Selon Mme Buzyn, «il n’y a pas eu de signal d’alerte particulier des hôpitaux concernant la pollution».

Alors que la fréquence et l’intensité des canicules sont appelées à augmenter avec le réchauffement, le ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot, a appelé à nouveau mardi sur Europe 1 à une «union sacrée» contre le changement climatique.

Au-delà des questions de santé, l’impact de la canicule et de la sécheresse se fait également sentir sur les activités économiques, notamment agricoles.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires