Monde des assurances: Une croissance de 4,9 % attendue en 2018

Avec le soutien de
La profitabilité du secteur des assurances est passée de Rs 1,5 milliard en 2016 à Rs 1,8 milliard en 2017.

La profitabilité du secteur des assurances est passée de Rs 1,5 milliard en 2016 à Rs 1,8 milliard en 2017.

Selon les chiffres disponibles dans le dernier Top 100 Companies, le sec- teur des assurances brasse un chiffre d’affaires global de Rs 16,7 milliards. Une performance en légère hausse comparée à 2016 (Rs 16,1 milliards). Deux gros opérateurs dominent le marché : Swan Group, avec un chiffre d’affaires de Rs 6,8 milliards, et Mauritius Union Assurance (MUA), dont le chiffre d’affaires atteint Rs 4,1 milliards. Pour cette année, une croissance de 4,9 % est prévue.

À l’image du secteur bancaire, dominé par MCB Group et SBM Holdings, le même schéma se répète dans l’assurance, avec Swan et MUA dominant de loin le classement. La SICOM (State Insurance Company of Mauritius) n’arrive qu’en troisième position, avec un chiffre d’affaires de Rs 2 milliards. Les deux leaders brassent, grosso modo, 65 % du chiffre d’affaires total du secteur. Mauritian Eagle est en quatrième position, avec un chiffre d’affaires de Rs 1,2 milliard.

Sur le plan de la profita- bilité, là encore, les signaux sont positifs. Les compagnies d’assurances ont réalisé des bénéfices combinés de Rs 1,8 milliard l’année dernière. Et sur 13 compagnies répertoriées dans le Top 100, seules deux ont essuyé des pertes : Metropolitan Life (Mauritius) Ltd et Sun Insurance (en cours de re-branding pour devenir Saham Assurance).

Par ailleurs, la profitabilité globale du secteur est en hausse. Elle progresse de 20 % en un an, passant de Rs 1,5 milliard (en 2016) à Rs 1,8 milliard en 2017. Cependant, au tableau des profits, ce n’est pas Swan Group le leader mais la SICOM, qui a réalisé des bénéfices avant impôt de Rs 460,1 millions, suivie par MUA, avec des profits de Rs 382,7 millions.

Les défis futurs: big data, numérisation, transparence des comptes… 

 Le secteur des assurances se trouve à la croisée des chemins, avec des défis à relever pour se mettre au diapason des nouvelles technologies et de la demande de plus en plus exigeante de la clientèle. «Le premier défi, c’est le passage au numérique. Clairement, aujourd’hui, le monde est impacté par le Big data et l’intelligence artificielle», souligne Jean Christophe Cluzeau, Head of General Insurance chez MUA. Le deuxième défi, selon lui, est la transparence des comptes des assureurs. «Aujourd’hui, on se demande, parfois, si tous les assureurs sont en capacité de payer les gros sinistres. Il y a des compagnies qui annoncent des résultats exceptionnels mais qu’en est-il de la réalité ? La Financial Services Commission (FSC) doit veiller au grain. Le marché doit s’assainir.» Pour lui, la FSC doit être vigilante concernant la transparence des comptes, et ce, vis-à-vis de tous les opérateurs, sans exception.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires