Journée mondiale de la bière: brassons large

Avec le soutien de
(Photo d’illustration)

  (Photo d’illustration)  

Vendredi, les fans de mousse ont célébré la Journée mondiale de la bière, troisième boisson favorite des Terriens après le thé et l’eau. Une bonne raison de se pencher sur le pichet, avec modération, bien entendu.

Des chiffres qui donnent le tournis

On en avale, de la bière. Et pas qu’un peu. Selon le site allemand «Statista», 1,96 milliard d’hectolitres de bière ont été produits en 2016. Cela représente plus de 52 260 piscines olympiques de 50 mètres par 25, d’une profondeur de trois mètres.

Par ailleurs, des découvertes archéologiques tendent à prouver que les premières recettes de bière datent de 5 000 ans av. J.-C.

Pas qu’un truc de mec

Pas la peine de vous offusquer, Mesdames, la bière, on sait que vous l’aimez aussi. À tel point que, si l’on en croit les archéologues, ce sont les femmes préhistoriques qui étaient chargées de brasser de la bière, tout comme dans l’antiquité, d’ailleurs. Il se pourrait même qu’elles aient découvert le processus de fermentation. Pas étonnant quand on sait qu’elles s’occupaient des récoltes.

Ça fait grossir ?

Pas tout à fait. Une bière contient en moyenne 43 calories pour 100 grammes avalés, contre 83 pour le vin. Par contre, une étude commanditée par l’«European Journal of Preventive Cardiology» a démontré que les consommateurs de bière avaient davantage tendance à consommer des aliments gras et lourds, comparativement à ceux qui consommaient du vin.

L’allaitement…

Dans les années 50, des posters vantaient les mérites de la bière pour les femmes qui allaitaient, en raison des protéines présentes dans le malt, qui favorisent la lactation. Les publicitaires ont définitivement abandonné ce slogan depuis. L’alcool, rappelons-le si besoin est, dangereux pour le nourrisson.

Le saviez-vous ?

La biérologie ou zythologie [mot composé des mots grecs zythos (bière) et logos (étude, discours)] est la discipline qui se consacre à l’étude de la bière, du brassage et des brasseries, tant au point de vue historique, que technique ou gustatif.

Un biérologue – ou zythologue «écouter» – est un connaisseur de la bière et de sa dégustation ; comme un sommelier, il est capable de dire quelle bière est en concordance avec quel plat. Et comme un oenologue, il maîtrise les étapes chimique et biochimique des processus de fabrication.

Noyés…

Un «raz-de-marée» de bière a eu lieu à Londres le 17 octobre 1814. À la Brasserie Meux et Company, une grande cuve contenant plus de 610 000 litres de bière s’est rompue et grâce à l’effet domino, a entraîné d’autres cuves dans son sillage.

Au total, ce sont plus de 1 470 000 litres de bière qui se sont déversés. La vague de bière a détruit deux maisons et démoli un mur du Tavistock Arms Pub, piégeant la jeune employée Eleanor Cooper sous les décombres. La brasserie se trouvait dans le quartier pauvre de St Giles. Elle était bordée d’habitations où des familles entières vivaient dans des sous-sols qui se remplirent rapidement de bière. Au moins sept personnes se noyèrent.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires