Victime de braquage: «Ma famille est traumatisée à vie»

Avec le soutien de
Les six accusés ont comparu mercredi en cour intermédiaire et ont écopé de cinq ans de prison.

Les six accusés ont comparu mercredi en cour intermédiaire et ont écopé de cinq ans de prison.

«Ma femme, mon fils et moi sommes toujours traumatisés», lâche Antoine Fong Tin Yan. Ce commerçant de Roche-Bois s’est fait cambrioler par six individus masqués et armés qui sont repartis avec un butin de Rs 190 000, dont son revolver. Le braquage remonte au 8 août 2017 et ce mercredi 1er août, les six accusés ont écopé de cinq ans de prison.

Joël Daniel Grandport, 30 ans, les jumeaux Stephen et Steeven Gentil, âgés de 26 ans, Clyde Mathieu Edmond, 25 ans, Bryan Jean Christophe René, 33 ans, et Louis Jonathan Fanfan sont tous des habitants de Baie-du-Tombeau. Ils ont comparu en cour intermédiaire devant le magistrat Pranay Sewpal.

Pour la victime, cet incident a marqué sa vie à jamais. «Je ne peux plus travailler à mon aise même si les lieux sont bien sécurisés. À chaque fois que quelqu’un arrive, l’image cauchemardesque du jour du braquage me revient en tête. Je ne fais confiance à personne. Pour donner de l’emploi chez moi, je vérifie plusieurs fois avant. »

Antoine Fong TinYan ajoute que sa famille est constamment sous tension. «Psychologiquement, nous sommes affectés par cela. Ou pansé sink-an sifizan pou éfas sa martir ki zot inn fer nou sibir la ?»

Revenant sur ce drame, le commerçant nous raconte que ce soir-là, il sortait pour aller déposer un employé chez lui pendant que son fils ouvrait le portail. Six hommes encagoulés et munis d’armes tranchantes et de sabres ont alors fait irruption dans son entrepôt qui abrite aussi son foyer. «J’ai eu la frousse de ma vie. Mon fils a eu le courage d’essayer de les empêcher d’entrer, mais ils étaient trop nombreux.»

Les voleurs ont fait «un fracas terrible» à l’intérieur en dérobant une somme de Rs 75 000, un iPhone, des bijoux et la clé de la BMW de la famille. Ils ont également endommagé les cellulaires du commerçant pour qu’il ne puisse pas appeler la police.

Antoine Fong TinYan souligne qu’ils n’ont pas épargné son épouse durant l’attaque. «Elle aussi a été blessée, mais elle a crié pour que les voisins interviennent. Entre-temps, l’un d’eux m’a fouillé et a pris mon revolver de calibre 22 ainsi que six balles. Quand quelqu’un vous vole votre arme à feu, toutes sortes de choses passent par votre tête. Vous vous demandez si vous allez vous en sortir vivant.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires