Saint-Brandon: des croisières-expéditions en vente avant l’aval de l’Environnement

Avec le soutien de
 Des imprimés d’écran d’offres de croisières-expéditions proposées à Saint-Brandon. À la différence de Silversea, celles-ci se font en catamaran.

   Des imprimés d’écran d’offres de croisières-expéditions proposées à Saint-Brandon. À la différence de Silversea, celles-ci se font en catamaran.     

«Le Silver Discoverer est le seul navire autorisé à vous emmener dans ce petit coin de paradis. Après avoir exploré cette perle cachée de l’océan Indien, vous serez plongé dans la nature et les senteurs de Madagascar.» Ou encore : «À peine visible sur une carte, Saint-Brandon est un magnifique ensemble d’îlots parfaitement préservés. Disposant de droits d’accès exclusifs, Silversea vous invite à y passer deux jours pendant lesquels vous serez pratiquement seuls sur place…»

Vous venez de lire les deux offres de croisières-expéditions vers «Cargados Carajos», plus connu comme Saint-Brandon, d’une durée de 11 jours chacune, et qui sont déjà en vente par la compagnie Silversea Cruises. Jusqu’ici, aucun problème.

La première croisière-expédition, qui partira de PortLouis le 5 novembre pour Saint-Brandon, Madagascar, La Réunion puis retour à Port-Louis, se vend à partir de Rs 350 000 (10 000 dollars) sur le site de la compagnie de croisières. La seconde, qui part de Port-Louis le 16 novembre pour Saint-Brandon, Madagascar, Seychelles avant l’arrivée à Zanzibar, se vend à Rs 332 500 (9 000 dollars).

Le hic, c’est que le ministère de l’Environnement n’a pas encore donné de feu vert pour que le paquebot accoste Saint-Brandon afin que ses passagers – les croisiéristes accompagnés de 11 explorateurs, des membres d’équipage – puissent aller à la découverte des lieux. La preuve : ce n’est qu’en ce début de semaine que la demande du promoteur Silversea pour un permis Environmental Impact Assessment (EIA) a été publiée dans la presse et sur le site de l’Environnement.

Minimum d’impact sur l’environnement 

Dans le dossier soumis, Silversea concède que les offres sont déjà commercialisées. Sont incluses dans les deux forfaits : des excursions à bord de bateaux pneumatiques, avant d’accoster la terre ferme à Saint-Brandon, où des activités en petits groupes et encadrées par l’équipe d’explorateurs sont aussi prévues.

Des activités similaires à celles de Lindblad (des expéditions destinées aux explorateurs et chercheurs) et qui, selon Silversea, auront «un minimum d’impact» sur l’environnement. Voire «sans laisser de trace».

Toujours dans le projet déposé, on peut lire que Stefan Kredel, directeur des programmes d’exploration de Silversea, a tenté l’aventure à Saint-Brandon, avec le soutien de Raphael Fishing, en mars et avril. Parmi ses observations, «la présence de requins qui semblent être plus nombreux en eau profonde, de raies au point où les passagers doivent être informés des techniques pour les éviter, de tortues de mer dans l’eau, des crabes et des oiseaux». Les opposants à la demande de Silversea ont jusqu’au 13 août pour contester le projet.

Toujours dans le projet déposé, on peut lire que Stefan Kredel, directeur des programmes d’exploration de Silversea, a tenté l’aventure à Saint-Brandon, avec le soutien de Raphael Fishing, en mars et avril. Parmi ses observations, «la présence de requins qui semblent être plus nombreux en eau profonde, de raies au point où les passagers doivent être informés des techniques pour les éviter, de tortues de mer dans l’eau, des crabes et des oiseaux». Les opposants à la demande de Silversea ont jusqu’au 13 août pour contester le projet.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires