Mauritius Telecom: opacité autour d’un contrat pour la vente de câbles en cuivre

Avec le soutien de
Des employés de Mauritius Telecom affairés à entasser des câbles en cuivre.

Des employés de Mauritius Telecom affairés à entasser des câbles en cuivre. 

«Mo pé vinn avek enn komision danket lor la. Mo pou al délavan. Mo pa pou kit zot enn pous lor la», lâche Raj Rughoonath, employé suspendu de Mauritius Telecom (MT). La compagnie – sujette à une vingtaine de cas de vols de câbles en cuivre cette année – aurait alloué un contrat pour commercialiser 10 000 tonnes de câbles en cuivre à Tradeway International Ltd, fonderie indienne opérant à La Tour Koenig.

Or, MT ne serait pas passée par un appel d’offres, indiquent plusieurs opérateurs. Cet accord pèserait un milliard de roupies, voire plus, pensent-ils. Sollicitée, MT a déclaré que cela ne fait pas partie de sa politique de révéler des informations sensibles commercialement, particulièrement celles liées aux procédés internes.

«Tout se passe en underground. MT a tout récupéré au niveau de ses câbles pour basculer en fibre optique. Zot pé vann sa pou dipin diber…»

Néanmoins, suivant la parution d’un article qualifié de «faux», l’entreprise a tenu à préciser «qu’aucun appel d’offres ni de contrat pour 10 000 tonnes de câbles en cuivre n’a été alloué à aucune partie. Et ce, à aucun moment». D’ajouter que MT se plie aux règlements stricts du «procurement» établis par la structure gouvernementale et les lois.

Cependant, les propos de Raj Rughoonath à ce sujet sont, eux, sans equivoque. «Éna bokou larzan ladan. Akoz samem inn fer sa kontra-la», avance l’ancien syndicaliste. En juillet, il a juré un affidavit en Cour suprême pour s’insurger contre cette pratique. Mais quelques jours plus tard, soit le 23 juillet, le verdict est tombé : le cas n’est pas défendable d’après la juge Rehana Gulbul.

En quoi consiste ce cas ? «En 2017, MT avait lancé un appel d’offres pour la fourniture de 500 tonnes de câbles en cuivre. Depuis 2002-2003, ce taux était de 25 tonnes. L’an dernier, c’est le lowest bidder (NdlR, soit la firme indienne Tradeway International Ltd) qui a décroché le contrat. Ce qui n’est pas logique», confie un opérateur. Raj Rughoonath abonde dans le même sens, ce qui fait qu’il avait alerté l’Independent Commission against Corruption en avril 2018.

«Clairement, tous les contrats que MT signe, plus particulièrement celui-là, se font dans l’opacité totale. La stratégie du gouvernement à moyen et long termes favorise certaines sociétés proches du pouvoir.»

Pour le présent contrat à hauteur de 10 000 tonnes de câbles en cuivre, aucun appel d’offres n’a été reçu par les fournisseurs habituels, poursuit l’opérateur. «Nous ne sommes que cinq à six à opérer. Nous n’avons jamais été contactés par MT. Tout se passe en underground. MT a tout récupéré au niveau de ses câbles pour basculer en fibre optique. Zot pé vann sa pou dipin diber», ajoute-t-il.

Cette transaction provoque déjà des réactions politiques. «Clairement, tous les contrats que MT signe, plus particulièrement celui-là, se font dans l’opacité totale. La stratégie du gouvernement à moyen et long termes favorise certaines sociétés proches du pouvoir. Je ne vois pas de démarche logique. Ainsi, la compagnie indienne pourra simplement fondre ce cuivre et l’exporter», soutient le député et avocat Shakeel Mohamed, qui défend des opérateurs ayant déposé une injonction contre l’interdiction d’exporter le cuivre en 2016.

Le député Osman Mahomed souligne, lui, que «MT est issue d’un partenariat avec France Telecom, ce qui donne une dimension internationale à l’affaire. De par l’envergure, j’espère que MT dissipera toute perception sur cette obscurité». De faire ressortir que le Chief Executive Officer devrait faire une mise au point au plus vite, d’autant que le secteur des technologies, de la communication et de l’information passe actuellement par une période difficile.

Nous avons tenté à plusieurs reprises d’avoir une déclaration des deux responsables de Tradeway International Ltd. En vain.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires