Bobby Hurreeram se fait une place au soleil

Avec le soutien de
Bobby Hurreeram est un confident du Premier ministre, Pravind Jugnauth.

Bobby Hurreeram est un confident du Premier ministre, Pravind Jugnauth.

Rarement a-t-on vu la nomination d’un Deputy Speaker passer par un vote à bulletin secret. Cela a pourtant été le cas pour Bobby Hurreeram, lors de la séance parlementaire d’hier, mardi 31 juillet.

La candidature de Bobby Hurreeram a, en effet, été vivement contestée par l’opposition. Sans doute parce qu’il essaie de défendre les actions gouvernementales, mêmes celles qui sont «indéfendables».

Depuis sa nomination au poste de Chief Whip, il a été sur toutes les radios, parlant même de sujets qu’il ne maîtrise pas. Il est souvent la risée de certains parlementaires. Reste qu’en Bobby Hurreeram, un fidèle de Pravind Jugnauth, le MSM a trouvé un loyal serviteur.

Débuts au Mouvement républicain

Celui qui peut aujourd’hui être considéré comme un «membre de lakwizinn» du MSM a pourtant fait ses premières armes au sein d’un autre parti politique. Nommément le Mouvement républicain (MR), fondé par Rama Valayden, en 1996.

Il s’était joint au MR peu après les élections de 2000. Un fondateur de ce parti encore proche de lui raconte qu’après l’adhésion de Bobby Hurreeram au MR, Rama Valayden lui avait demandé d’arpenter le terrain au n°10, Montagne-Blanche–Grande-Rivière-Sud-Est, là où il aurait une investiture du parti.

De fil en aiguille, Bobby Hurreeram devient un farouche défenseur du MR. Il est d’ailleurs en première ligne, le 19 mars 2004, quand le MR organise une manifestation devant le Sun Trust. Le parti protestait alors contre les dommages de Rs 45 millions reçus par le Sun Trust après que le gouvernement PTr-MMM avait, en 1996, décidé que le ministère de l’Éducation, alors locataire du bâtiment, devait vider les lieux. L’affaire avait été portée devant la Cour suprême.

À l’approche des élections de 2005, le MR entre en alliance avec le PTr et le PMXD. Malgré la promesse de Rama Valayden, Bobby Hurreeram ne reçoit pas de ticket au n°10.

D’autant que le PTr avait un fidèle, Joy Beeharry, pour briguer les suffrages dans cette circonscription.

Rapprochement avec le MSM

Bobby Hurreeram prend alors ses distances du MR pour se rapprocher du MSM. Il donne un coup de main à Pravind Jugnauth au n°11, lors des élections de 2005. Il devient dès lors un confident du leader orange. «Même après la défaite de Pravind Jugnauth, Bobby Hurreeram a maintenu sa proximité avec lui», dit notre source.

Aux élections de 2010, Bobby Hurreeram est candidat sous la bannière du PTr-MSM-PMSD. Il se classe sixième. Aux municipales de 2012, il obtient un ticket du MSM suivant la défection de dernière minute d’un candidat car il était un employé de casino. Deux ans plus tard, Bobby Hurreeram démissionne pour être candidat aux législatives. Il est élu en première position au n°12.

Le reste de l’histoire, on la connaît. Bobby Hurreeram connaît une ascension fulgurante de décembre 2014 au 31 juillet 2018. Il passe de Deputy Chairman of Committees à secrétaire parlementaire privé. Puis Chief Whip, avant d’être promu Deputy Speaker.

Au dire d’un membre du gouvernement, avec la promotion de Bobby Hurreeram, le MSM perd un fidèle porte-voix. Désormais, il doit faire preuve de plus de retenue. Il ne pourra pas animer les conférences hebdomadaires de l’alliance Lepep ou encore trop commenter l’actualité politique sur les ondes des radios. En attendant peut-être un portefeuille ministériel…

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires