Langue hindi: 43 ans qu’elle tente d’entrer aux Nations Unies

Avec le soutien de
Narendra Modi, Premier ministre indien, est attendu pour la 11e World Hindi Conference.

Narendra Modi, Premier ministre indien, est attendu pour la 11e World Hindi Conference.

Et dire que la proposition a été faite par la délégation mauricienne. Celle de faire de l’hindi, la septième langue officielle aux Nations unies. C’était en 1975, à la première World Hindi Conference, à Nagpur, en Inde.

Le mois prochain, du 18 au 20 août, Maurice accueille la 11e World Hindi Conference. La langue hindi attend toujours de faire son entrée officielle aux Nations unies. Où en est cette proposition vieille de 43 ans ?

Vinod Kumar Mishra, secrétaire général du World Hindi Secretariat, explique que cette demande faite de longue date bute sur un «problème technique». Il précise que ce n’est pas le soutien international qui manque pour cette proposition. «Il faut l’appui de 129 pays, hors l’hindi est soutenu par au moins 200 pays», ajoute Vinod Kumar Mishra.

Le nerf de la guerre, c’est l’aspect financier. «Si l’hindi est officiellement accepté aux Nations unies, le fardeau financier, notamment de la traduction de documents et l’interprétation des interventions retombe sur tous les pays.» Y figurent certains des plus démunis de la planète : le Bangladesh, le Népal. Une situation «inacceptable» pour l’Inde, précise Vinod Kumar Mishra.

Hommage sera rendu à l’écrivain Abhimanyu Unnuth.

Un développement est intervenu en 2015, lors de la 10e World Hindi Conference à Bhopal. L’Inde, par la voix de la ministre des Affaires étrangères, Sushma Swaraj, a affirmé vouloir prendre à sa charge les implications économiques de l’entrée de l’hindi. «Mais les Nations unies ont dit non, en expliquant qu’il n’existe pour l’heure aucune règle qui autorise ce cas de figure. Il faut maintenant attendre que les statuts soient amendés.» Ceci dit, officieusement, l’hindi est de sortie aux Nations unies. Par exemple, quand une délégation indienne s’y rend.

Vinod Kumar Mishra rappelle que trois propositions avaient été faites lors de la première World Hindi Conference en 1975. Il s’agissait de créer une université pour la promotion et le développement de langue et de la littérature en hindi. Ce qui est chose faite à Nagpur.

Sushma Swaraj, ministre des Affaires étrangères de l’Inde, a passé en revue les préparatifs de la conférence.

La deuxième proposition concernait la création du World Hindi Secretariat. Les locaux ont été inaugurés à Phoenix, le 14 mars, par Ram Nath Kovind, le président indien, invité d’honneur des célébrations des 50 ans de l’Indépendance.

Trois Mauriciens distingués

À chaque World Hindi Conference, des distinctions sont décernées à des personnalités ayant contribué au rayonnement de la langue. Cette année, 20 Indiens et 20 autres issus de la diaspora seront récompensés.

En ce qui concerne les Mauriciens à l’honneur, pour l’heure, Vinod Kumar Mishra, secrétaire général du World Hindi Secretariat, explique que le nom d’Abhimanyu Unnuth sera donné à la principale salle de conférences du centre Swami Vivekananda à Pailles, le temps de la manifestation. «Toute la zone sera connue comme le Tulsidas Nagar»(littéralement la ville de Tulsidas, du nom d’un poète indien du 16e siècle).»

Il ressort que des «samaan», ou distinctions, seront décernées au journaliste de la station de télévision nationale, Kessen Budhoo, ainsi qu’à Uddaye Narain Gungoo, actif au sein de l’Arya Samaj.  

Le thème: hindi, langue globale

Le thème de la 11e World Hindi Conference est «Global hindi and indian culture». Des délégués d’environ 35 pays sont attendus. «Nous avons dépassé le seuil de 2 000 participants», indique Vinod Kumar Mishra. La majorité des délégués vient de la Grande péninsule. Environ 400 de Maurice et le reste de la diaspora.   

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires