Commission drogue: une enquête sur les avocats qui ont «dévir lanket»

Avec le soutien de
Raouf Gulbul avant sa comparution devant la commission drogue en 2017.

  Raouf Gulbul avant sa comparution devant la commission drogue en 2017.  

Il y a des liens entre la drogue et la politique. Et l’un des principaux protagonistes de cette partie est Raouf Gulbul, indique le rapport de la commission d’enquête sur la drogue publié vendredi.

Le rapport revient sur les affaires Bottesoie et Jeeva. Dans les deux cas, ces mules avaient accepté de dénoncer les cerveaux mais au moment venu, ils ont changé d’avis. Selon le rapport, il y a eu manipulation des témoins. La commission parle aussi de l’épisode où le chauffeur du Campaign Manager de Raouf Gulbul a affirmé avoir récupéré de l’argent à Saint-Pierre.

De plus, Peroumal Veeren avait dit, devant la commission, qu’il a financé la campagne électorale du Mouvement socialiste militant. La commission recommande une enquête sur tous les avocats qui ont «dévir lanket» et les radier.

Le Front solidarité mauricien (FSM) figure aussi dans le rapport. Ghulam Ahmed Adam Edoo avait été convoqué car il avait payé une amende de plus de Rs 500 000 pour un condamné pour des affaires de drogue. L’opacité du fonctionnement de ce parti est grandement décriée car il n’y a aucune trace de dons et ce n’était pas la seule fois où le FSM est venu en aide à des condamnés pour des affaires de drogue.

Rodrigues n’a pas échappé au rapport. Après l’arrestation de Luco Philippe pour trafic de drogue, le DCP Samoisy a été transféré. C’est à la suite des menaces pour dénoncer son transfert qu’il a été maintenu en poste. 

Après enquête, il a été établi qu’il y a eu ingérence politique au niveau de l’Assemblée régionale pour ce transfert. D’autant que Luco Philippe avait des liens avec l’Organisation du peuple de Rodrigues, selon un autre officier de police qui a déposé.

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires