Plusieurs avionneurs dans le viseur d’Air Mauritius

Avec le soutien de
«The Profit Hunter» d’Embraer était en mission de prospection auprès de MK, hier. Son coût : Rs 2,17 milliards.

  «The Profit Hunter» d’Embraer était en mission de prospection auprès de MK, hier. Son coût : Rs 2,17 milliards.  

Airbus A320 NEO, 737 Max (Boeing), Bombardier 6 series, l’Airbus 220 et l’E 190- E2 d’Embraer. Ce sont là les cinq avions de ces quatre compagnies qui intéressent Air Mauritius (MK).

Jeudi 26 juillet, la compagnie aérienne a pu découvrir l’avion à réaction de l’entreprise brésilienne Embraer. The Profit Hunter, l’avion le plus léger au monde, était, en effet, à l’honneur à l’aéroport SSR. L’équipe de vente pour la région d’Afrique, dirigée par Raul Villaron, Vice-President Sales Africa & Middle East, était en mission de prospection afin de faire découvrir les atouts de cet avion. Son coût ? $ 62 millions, soit Rs 2,17 milliards.

Du côté de MK, l’on se dit conquis par l’E2, qui brûle 10 % de carburant en moins qu’un Airbus. Il n’empêche que d’autres compagnies aériennes seront considérées, a indiqué le Chief Executive Officer (CEO), Somas Appavou.

Depuis environ trois mois, le département Fleet Planning de MK travaille sur un plan. «Il y a beaucoup de choses à prendre en considération. On travaille sur un ‘business analysis’. Nous considérons tous les paramètres. Nou bizin koné ki fer plis sans pou nou», a ajouté Somas Appavou.

Autre aspect à considérer: le nombre de pilotes dont dispose MK et s’ils sont spécialisés dans ces types d’avions. Par exemple, avec un Airbus, un pilote peut effectuer un vol sur un A319 puis être aux commandes d’un A330 pour un autre vol. «Il peut aussi voler sur un A330 et ensuite l’A350. Il nous faut savoir comment utiliser nos ressources.»

Un pilote d’Airbus peut-il voler sur un Embraer ? Raul Villaron affirme qu’un centre de formation, qui vient d’ouvrir ses portes à Johannesburg, dispose d’un simulateur. «Un pilote d’Airbus aura besoin d’environ 20 jours de formation pour maîtriser l’appareil.»

Parlant d’Embraer, Somas Appavou confie que c’est la première fois qu’un fabricant de l’hémisphère Sud débarque à Maurice. Il affirme que l’avionneur utilise une technologie de pointe au niveau du moteur. «C’est le même moteur que celui utilisé sur l’A320. Il est très performant. Le Kenya a ce modèle d’avion au sein de sa flotte. C’est très économique. Nous sommes en train d’évaluer les avions avec un seul couloir. Nous voulons intensifier nos fréquences afin de booster notre trafic.»

Ainsi, ce type d’avion peut faire partie «de notre réseau». Sa particularité, souligne le CEO de MK : il peut voler au-delà de Cape Town jusqu’à Mumbai. «Si nous adoptons ce type d’avion, il y aura plus de fréquences par jour. C’est un des concepts de hub. C’est important de voir les différentes technologies et les différents modèles.»

L’avion pourrait-il être rentable pour Maurice ? Le Fleet Planning permettra de le savoir, indique Somas Appavou. «Nous devons analyser le coût par voyage et le coût par siège. Ensuite, nous ferons la comparaison avec les avions des autres compagnies aériennes.»

Pour mieux convaincre, Raul Villaron met, lui, en avant la consommation de carburant et aussi les coûts d’entretien. «Le Brésil a beaucoup de similarités avec l’île Maurice. Nous apportons les dernières technologies sur le marché. MK peut explorer de nouveaux marchés. À l’intérieur, l’avion ne compte pas de siège central contrairement aux autres avions», fait-il valoir.

Les spécificités de l’Embraer E190-E2

The Profit Hunter est l’avion le plus léger au monde et le plus économique en termes de carburant. Selon Raul Villaron, Embraer mise beaucoup sur le confort des passagers. Du coup, l’avion ne comprend que quatre sièges de chaque côté. Le siège central a été éliminé. Le compartiment à bagages est tellement spacieux qu’il peut accueillir quatre bagages à main standard.

Autre atout de l’appareil : son moteur silencieux. Ce qui rend le voyage plus agréable. Pas de secousse à l’atterrissage ni au décollage. Et pour ceux qui ne peuvent pas se passer d’Internet, Embraer garantit le Wi-Fi à bord. L’appareil peut transporter 146 passagers. Il est aussi rapide qu’un Airbus.

En avril dernier, Wideroe Airlines, basé en Norvège, a fait l’acquisition de son premier E190-E2. L’appareil assure la desserte régionale Bergen et Tromso. Deux autres avions ont rejoint la flotte, en juin. Le constructeur investit 1,7 milliard de dollars pour renouveler sa gamme actuelle d’avions régionaux E-Jets.

Le programme E2 comprend deux autres variantes, l’E195-E2 et l’E175-E2. Cette famille d’avions incorpore non seulement de nouveaux moteurs mais aussi une nouvelle voilure et un système fly-by-wire de quatrième génération.

Intensifier les dessertes sur l’Afrique du Sud, l’Inde et l’Asie

Il faut des petits porteurs pour davantage de fréquences. Et, en ce sens, l’Embraer est une option sérieuse pour des dessertes «régionales», mais pas pour l’île de la Réunion ou Madagascar.

Pour Somas Appavou, il faut considérer les pays avec une grande population, notamment l’Afrique du Sud, l’Inde et ceux du sud-est asiatique. «C’est là qu’il y a une certaine demande. Pour le confort des passagers, c’est mieux de proposer un service quotidien afin d’attirer un trafic qui connecte Maurice, l’Afrique, l’Australie et l’Asie.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires