Démission de Jadoo-Jaunbocus: «Nou ansam avec ou Madame Roubina»

Avec le soutien de
Des mandants de la circonscription, le n°2, Port-Louis Sud–Port-Louis Centre, ont affiché leur soutien à Roubina Jadoo-Jaunbocus hier.

  Des mandants de la circonscription, le n°2, Port-Louis Sud–Port-Louis Centre, ont affiché leur soutien à Roubina Jadoo-Jaunbocus hier.  

Des supporteurs fidèles, Roubina Jadoo-Jaunbocus en a. Et leur soutien est indéfectible, semble-t-il. Pancartes en main, ils ont tenu à le démontrer lors de sa conférence de presse, hier samedi 28 juillet.

«We support our Hon. Roubina Jadoo-Jaunbocus», «La vérité pou toujours triompher», «Nou pou combat ansam avec ou Madame Roubina», «Roubina symbole development circonscription n°2», pouvait-on lire sur les pancartes. Des applaudissements ont même fusé après sa rencontre avec les journalistes. 

«Ou ti kapav poz mwa kestion, M. Lam Shang Leen. Mo ti pou réponn ou.»

Parmi ses «fans», les mandants de sa circonscription, le n°2, Port-Louis Sud–Port-Louis Centre. «Nous sommes venus la soutenir parce que c’est une députée qui a beaucoup fait pour sa circonscription», affirme Ashvin Dabee. «Le rapport de la commission n’est pas un jugement et nous la soutenons dans son effort pour faire régner la justice», a-t-il ajouté. 

«Je suis certain que la justice va prouver que ce qu’il y a dans le rapport est erroné», devait lancer à son tour Kamal Kaunhye, également présent dans la salle. Fière du soutien de ses mandants, Roubina Jadoo-Jaunbocus a même pris le temps de faire une photo souvenir en leur compagnie. 

Mais savant, face à la presse, Roubina Jadoo-Jaunbocus a remis en question le travail de la commission d’enquête sur la drogue, en ce qui la concerne, comporte des lacunes. «Ou ti kapav poz mwa kestion, M. Lam Shang Leen. Mo ti pou réponn ou», a martelé l’ancienne ministre, en faisant référence aux Rs 50 000 qu’elle aurait prises de Maria Cupidon pour les reverser sur le compte du trafiquant Kamasho. 

Elle a insisté de jamais avoir pris d’argent de qui que ce soit. «Surtout pas Rs 50 000 ! Je n’allais pas risquer de perdre ma robe pour une telle affaire. Vous savez, j’ai travaillé en Angleterre et je gagnais très bien ma vie là-bas !» Au dire de Roubina Jadoo-Jaunbocus, ses droits constitutionnels ont été bafoués car la commission ne l’a pas questionnée dessus. 

Autre point qu’elle n’a pas digéré : le traitement «différent» auquel a eu droit un de ses confrères. «Mo pa pou dir so nom», a déclaré l’ancienne ministre, mais a quand même donné des indices, allant même jusqu’à indiquer le numéro de la page où le nom de celui-ci est cité. 

Ainsi donc, selon le rapport, Kailash Trilochun est celui qui a le plus de «unsolicited visits» à la prison. Cependant, la commission drogue a préconisé de ne pas enquêter sur lui, lesdites visites ont pu avoir lieu à cause du «laxisme» des autorités. «On parle d’‘unsolicited visits’ pour moi aussi. Ce sont les mêmes conditions, non ?»

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires