Lam Shang Leen divise le Premier ministre et Teeluckdharry

Avec le soutien de
Pravind Jugnauth et Sanjeev Teeluckdharry ne partagent pas la même opinion sur l’ex-juge Lam Shang Leen.

  Pravind Jugnauth et Sanjeev Teeluckdharry ne partagent pas la même opinion sur l’ex-juge Lam Shang Leen.  

«Mo ti éna enn tipé respé pou Paul Lam Shang Leen… La... vo mié mo pa kozé.» Sanjeev Teeluckdharry ne porte pas l’ex-juge Paul Lam Shang Leen dans son coeur. Surtout après la publication du rapport de la commission d’enquête sur la drogue, qui l’a poussé à démissionner comme Deputy Speaker, vendredi 27 juillet.

Or, c’est à l’ex-juge Paul Lam Shang Leen que le Premier ministre a «personnellement» demandé d’enquêter sur la «volatilisation» des 16 kilos d’héroïne de la cargaison saisie au port en mars 2017 et qui a valu l’arrestation de Navind Kistnah. «Nous prenons cela très au sérieux», devait ajouter Pravind Jugnauth face à la presse, vendredi 27 juillet.

Il s’agit là d’une nouvelle marque de confiance du chef du gouvernement à l’ex-juge Lam Shang Leen. Surtout après sa nomination, par sir Anerood Jugnauth en 2015, pour présider la commission d’enquête sur la drogue.

Mais alors, que penser de la diatribe publique de Sanjeev Teeluckdharry, un membre du gouvernement, contre l’ex-juge Lam Shang Leen ? Lors de sa conférence de presse, vendredi, l’ex-Deputy Speaker a, en effet, remis en question les conclusions de Paul Lam Shang Leen et de ses assesseurs, Ravind Domun et Sam Lauthan, martelant qu’il n’est pas d’accord avec la façon dont la commission drogue a mené l’enquête…

Reste à voir ce que le Premier ministre a pensé des déclarations du député du n°5, Pamplemousses–Triolet…

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires