Roubina Jadoo-Jaunbocus: «Zame mone pran kass X pou donne Y»

Avec le soutien de
Roubina Jaddoo-Jaunbocus demandera une révision judiciaire du rapport Lam Shang Leen.

Roubina Jaddoo-Jaunbocus demandera une révision judiciaire du rapport Lam Shang Leen.

Pourquoi la commission ne l’a pas convoquée à nouveau pour la questionner sur le transfert de Rs 50 000 au trafiquant Kamasho ? C’est la question que Roubina Jadoo-Jaunbocus se pose. Elle a énuméré les raisons pour lesquelles elle demandera une révision judiciaire du rapport de la commission d’enquête sur la drogue.

«La commission a eu des renseignements sur ce transfert après mon audition. Pourquoi elle ne m’apas convoquée à nouveau pour me questionner dessus ?» a demandé l’ex-ministre de l’Egalité du genre, surtout qu’elle avait précisé à Paul Lam Shang Leen et ses assesseurs qu’elle restait à leur disposition. De plus, elle estime que la commission parle de «renseignements» en ce qui concerne cette affaire, alors que pour de telles allégations, elle aurait dû avoir des informations sûres. Elle n’a cependant pas donné la réponse à la question car elle le fera dans son affidavit la semaine prochaine. «Mé zame mone pran kass X pou donne Y» a-t-elle précisé.

Autre point qui l’a fait tiquer est le cas d’un de ses confrères. Selon le rapport, Kailash Trilochun détient la première place du podium en ce qui concerne les «unsolicited visits» dans les prisons. Cependant, la commission ne demande pas d’enquête sur lui car il a bénéficié du laxisme des autorités. «Je suis partie à la prison dans les mêmes conditions…» a fait savoir Roubina Jadoo-Jaunbocus. De plus, dans la partie du rapport qui lui est consacrée, il est dit que pendant les visites en groupe, les prisonniers auraient pu avoir l’occasion d’échanger de l’information ou des objets défendus dans l’enceinte de la prison. «Encore une fois, c’est au conditionnel» a-t-elle fait ressortir.

C’est pour toutes ces raisons qu’elle demandera une révision judiciaire du rapport.

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires