Commission d’enquête sur la drogue: Veeren et un transfert derrière la chute de la 8 months’ Minister

Avec le soutien de
L’ex ministre a rendu visite à Peroumal Veeren au lendemain d’un appel au traficant.

L’ex -ministre a rendu visite à Peroumal Veeren au lendemain d’un appel au trafiquant.

C’est une facture détaillée d’une carte SIM saisie en prison qui a trahi l’ex-ministre de l’Égalité du genre. Celle-ci révèle que Roubina Jadoo-Jaunbocus a été en contact avec Peroumal Veeren, «le trafiquant de drogue le plus notoire».

Roubina Jadoo-Jaunbocus a été trahie par une facture détaillée d’une carte SIM saisie en prison. Celle-ci a révélé que l’ex-ministre de l’Égalité du genre, du développement de l’enfant et du bien-être de la famille a été en contact avec Peroumal Veeren en prison. Elle lui a même rendu visite au lendemain d’un appel passé de son cellulaire à un autre portable à la prison. L’équipe de Paul Lam Shang Leen le décrit comme le trafiquant de drogue le plus notoire.

Ce qui a certainement pesé lourd dans la décision de Pravind Jugnauth, est que les enquêteurs ont trouvé, bien après la comparution de Roubina Jadoo-Jaunbocus devant la commission, que celle-ci aurait transféré Rs 50 000, reçues le 29 avril 2008, de Maria Cupidon, arrêtée pour importation d’héroïne, au trafiquant Kamasho. Ce dernier purge une peine pour le même délit. Il est, selon l’administration pénitentiaire, toujours très actif.

Le rapport souligne la gravité de cette information obtenue du compte bancaire de Cupidon et qui s’apparente à une complicité de blanchiment d’argent.

Avec Me Rex Stephen, l’ex-ministre a aussi rendu visite à Bibi Ameenah Noordally, la belle-mère de Veeren. Si lors de son audition devant la commission Roubina Jadoo-Jaunbocus a nié connaître l’identité de cette dernière qui, dit-elle, l’aurait visitée à son étude, la commission conclut que ce que l’ex-ministre avance ne peut être vrai, car Bibi Ameenah Noordally était en prison.

Celle qui a affirmé n’avoir pas paru pour des affaires de drogue, est prise à contre-pied, car elle a représenté de nombreux trafiquants de drogue et contrevenants. Dont Peroumal Veeren, au temps où elle était la junior de feu Me Guy Ollivry, Queen Counsel.

De plus, des documents officiels de la prison ont révélé que le 30 janvier 2009, l’avocate a rendu visite à 17 détenus, de 10 h 45 à 13 h 35. Une autre fois, elle en a vu 15. Sans avoir été sollicitée et sans que ces derniers ne soient ses clients. Une fois, l’un d’eux avait même refusé de la voir. Elle a fait plusieurs visites groupées en prison.

L’équipe de Lam Shang Leen doute fort que Roubina Jadoo- Jaunbocus n’était pas consciente qu’ainsi faisant, elle ouvrait la porte à des échanges d’informations entre détenus pour des transactions de drogue, de cartes à puce, entre autres produits illicites. Ce, même si celle-ci s’est défendue que les visites en groupe, qui étaient sur demande, étaient pour discuter de l’affaire Philibert. Et que toutes étaient sur une base pro-bono.

Le rapport recommande une enquête approfondie sur ses conclusions sur Roubina Jadoo-Jaunbocus, en faisant ressortir que communiquer avec un détenu est un délit. Elle laisse le soin aux autorités compétentes de prendre les actions qu’il faut si les faits sont avérés.

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires