Jack Bizlall: «La police doit enquêter sur le Premier ministre»

Avec le soutien de
Pour Jack Bizlall, les avocats impliqués doivent faire l’objet d’accusations formelles.

Pour Jack Bizlall, les avocats impliqués doivent faire l’objet d’accusations formelles.

«Une commission d’enquête ne peut venir dédouaner le Premier ministre.» D’autant que le nom de Pravind Jugnauth a été cité devant la commission Lam Shang Leen. Et Jack Bizlall, du Muvman Premye Me, dit «souhaiter que la police enquête sur le Premier ministre». Il était interrogé après que le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public, ce vendredi 26 juillet. 

Jack Bizlall demande également à la police d’agir promptement. «Dès lundi, le commissaire de police doit recevoir des copies du rapport et convoquer tous ceux cités ou impliqués», insiste-t-il. 

Du reste, il dit noter que «depuis la publication du rapport, le débat s’est focalisé sur l’aspect de collusion des avocats». Jack Bizlall estime que «cela ne peut l’aspect principal du rapport». Lui, est d’avis qu’il faut voir l’aspect général des drogues à Maurice, puis voir ceux qui sont impliqués.

«Il y a une longue liste d’avocats qui sont en collusion avec les trafiquants». Et au dire de Jack Bizlall, «ces dernier ne doivent pas faire face à des accusations provisoires mais formelles». 

De son côté, Ashok Subron, de Rezistans ek Alternativ (ReA), constate d’emblée que le rapport de la commission d’enquête sur la drogue «n’est pas fameux pour la classe politique». De faire valoir qu’«encore une fois, le gouvernement rate la coche en ce qui concerne les nominations constitutionnelles». 

Et si ReA n’a pas fini de décortiquer le rapport, le parti note des recomandations qui ne se démarquent pas de «l’ancienne façon de mener le combat contre la drogue». Reste que le document démontre que «la répression seule ne fonctionne pas».

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires