Teeluckdharry: «Je demanderai une Judicial Review du rapport de Lam Shang Leen»

Avec le soutien de
L’ex-Deputy Speaker a réuni la presse ce vendredi 27 juillet. © Rishi Etwaroo

L’ex-Deputy Speaker a réuni la presse ce vendredi 27 juillet. © Rishi Etwaroo

Il conteste les conclusions du rapport de la commission d’enquête sur la drogue à son égard. Et compte faire une demande de révision judiciaire. Annonce de Sanjeev Teeluckdharry, face à la presse, ce vendredi 27 juillet. Plus tôt, il avait démissionné en tant que Deputy Speaker dans le sillage de la publication du rapport. 

«Le rapport contient certaines remarques sur mon travail d’avocat. Ces remarques ne sont pas fondées et je ne suis pas du tout d’accord avec la façon dont le travail a été fait», martèle Sanjeev Teeluckdharry. Raison pour laquelle «mo pou fer enn judicial review pou clear my name».

 
 

Au dire de l’ex-Deputy Speaker, la commission d’enquête sur la drogue aurait «fait des erreurs sur plusieurs points». Pour lui, «la commission drogue a oublié que les prisonniers ont aussi des droits. Ena plizier zafer ki pann pran an konsidérasyon». 

Sanjeev Teeluckdharry s’appesantit sur les «unsolicited visits» qui lui sont reprochés. «Mo’nn al get mo klian mwa. Tou let mo éna. Tou let inn posté par prizonié.» D’ajouter que les services pénitentiaries sont en possession de ces données. Ce qui lui fait dire que «la commission aurait dû bien vérifier avant de parler de unsolicited visits».

De faire ressortir que l’ex-juge Paul lam Shang Leen n’a pas travaillé de la même façon que Maurice Rault, qu’il dit connaître. «Mo ti éna respé pou Paul Lam Shang Leen antan ki ziz pou zafer Dookee. La... vo mié mo pa kozé.»

Publicité
Publicité

Le rapport de la commission d’enquête sur la drogue a été rendu public vendredi 27 juillet. Et les répercussions sont nombreuses. Le barreau notamment y est mis à mal ; les noms de plusieurs avocats, dont Me Raouf Gulbul, sont cités, la commission Lam Shang Leen recommandant des enquêtes approfondies. Le gouvernement n’est pas non plus sorti indemne. Cités dans le rapport, la ministre Roubina Jadoo-Jaunbocus et le Deputy Speaker Sanjeev Teeluckdharry ont dû «step down». Diverses institutions sont également montrées du doigt.

D'autres articles »
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires