Soodhun ambassadeur de l’Arabie Saoudite: 5 raisons de ne pas y croire

Avec le soutien de
 Showkutally Soodhun n’a jusqu’ici pas réagi publiquement à cette offre d’emploi.

 Showkutally Soodhun n’a jusqu’ici pas réagi publiquement à cette offre d’emploi.

Le député du MSM mène-t-il la population en bateau ? Alors que l’entourage de Showkutally Soodhun laisse entendre qu’il considère sérieusement l’offre d’emploi comme ambassadeur itinérant d’Arabie Saoudite, au sein du gouvernement, mais aussi dans le milieu diplomatique, cette proposition laisse sceptique. Pour cinq raisons.

° Montant du salaire

Le montant du salaire fait tiquer. Notamment les $500 000, soit Rs 17,5 millions par mois que doit percevoir l’ex-vice Premier ministre. «C’est assez étonnant pour le poste qu’on lui propose», reconnaît un ancien ministre des Affaires étrangères. Même si les salaires des diplomates sont mirobolants partout dans le monde, le chiffre avancé par le député du MSM est exagéré.

À titre d’exemple, en France, certains ambassadeurs peuvent percevoir jusqu’à 30 000 euros, soit environ Rs 1,2 million par mois. Cela en raison des allocations et surtout de l’indemnité de résidence qui fait gonfler le salaire.

À Maurice, le salaire perçu est nettement inférieur, soit Rs 122 000. C’est le montant que touche chaque ambassadeur en poste à l’étranger. La Foreign Service Allowance augmente considérablement leurs revenus. De 2015 à 2018, Maurice a dépensé, rien que pour son ambassade à New York, environ Rs 20 millions pour la location d’appartements, les factures d’eau, d’électricité et de chauffage.

Showkutally Soodhun parle, de son côté, d’un salaire de Rs 17,5 millions et une résidence à Riyad, capitale de l’Arabie saoudite. «C’est farfelu tout ça», commente un diplomate. D’autant qu’en Arabie saoudite, le roi Salmane a commencé une purge l’année dernière, visant des membres de la famille royale, plusieurs anciens ministres, des responsables militaires et d’importants hommes d’affaires. Ce, pour excès et abus de biens publics entre autres délits.

° Citoyen de l’Arabie Saoudite

Même le poste d’ambassadeur itinérant en Afrique qui aurait été offert à Soodhun ne serait pas convaincant. «Pour être représentant diplomatique d’un pays, il faut d’abord être citoyen de ce pays.» Showkutally Soodhun ne l’est pas. Du moins pas encore. «A-t-il ainsi l’intention de prendre la nationalité saoudienne ?» se demande notre interlocuteur.

° Soodhun ne parle pas arabe

Le président du MSM ne parle pas non plus la langue arabe. Ce critère est essentiel dans le choix d’un diplomate de l’Arabie saoudite. Autre interrogation : est-ce courant pour Riyad de nommer des étrangers à des postes diplomatiques stratégiques ? Là encore, les spécialistes sont sceptiques. «Showkutally Soodhun a probablement ses entrées mais c’est inimaginable que l’Arabie saoudite confie la mise en place de sa stratégie de relations internationales à un étranger», estime un ancien ambassadeur.

° N’est pas ambassadeur qui veut

Être ambassadeur, c’est un poste crucial, sensible et délicat car rigoureusement lié par le secret des confidences étatiques. Dans plusieurs pays, le processus de sélection est méticuleux. Outre d’être un homme de confiance du pouvoir, il faut une certaine maîtrise en matière de politique étrangère. Le diplomate doit aussi pouvoir concilier les intérêts respectifs dans les négociations internationales ou régler un problème sans recours à la force. Ce qu’on appelle l’art des négociations. Visiblement Showkutally Soodhun a du chemin à faire au vu de son «track record» de polémiques dans lesquelles il est impliqué.

° Problème de déontologie

Enfin, si l’ex-n°4 du gouvernement est vraiment en présence d’une telle proposition, cela poserait sans doute un problème sur le plan déontologique. «Comment quelqu’un qui a participé à des réunions du Conseil des ministres peut-il changer d’allégeance du jour au lendemain ?» se demande un député de la majorité. Pour lui, le président du MSM s’est tout bonnement servi des liens avec le régime saoudite non pas pour le bien du pays mais pour son avancement personnel.

Nous avons contacté la représentation saoudienne à Madagascar mais attendons un retour. Quant au principal intéressé, il n’a pas décroché son téléphone.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires