Promotion dans la police: le poste de DCP proposé à Heman Jangi en 2016

Avec le soutien de
 Anil Kumarsingh Dip (à g.) et Heman Jangi se disent les mieux placés pour accéder au poste de Deputy Commissioner of Police.

 Anil Kumarsingh Dip (à g.) et Heman Jangi se disent les mieux placés pour accéder au poste de Deputy Commissioner of Police.

«Tout se fait dans la transparence. Tout se qui se passe, nous le publions sur notre site Web et nous répondons à toutes les questions parlementaires (...) La police se porte bien. Il y a quelques éléments qui veulent semer la zizanie.» C’est ce qu’a répondu un Mario Nobin tout sourire à une question de la presse sur les lettres de contestation des assistants commissaires de police (ACP) Anil Kumarsingh Dip et Heman Jangi, à l’issue des célébrations du 31e anniversaire de la National Coast Guard, à La Saline, hier.

Anil Kumarsingh Dip et Heman Jangi ne comptent pas s’arrêter en si bon chemin. Leur coup de gueule, dans une correspondance officielle respective au commissaire de police ainsi qu’au secrétaire de la Disciplined Forces Service Commission n’est qu’une première étape. Pour faire barrage à ce qu’ils ont appris de sources «genuine», en fin de semaine dernière, à savoir la nomination d’un de leurs «juniors», soit l’ACP Devanand Reekoye, au poste de Deputy Commissioner of Police (DCP), «en contournant le critère d’ancienneté», ils sont prêts à aller jusqu’aux instances appropriées, dont la commission anticorruption et la Cour suprême.

«Si cette promotion se concrétise, elle pourrait être en infraction à la Prevention of Corruption Act dans la mesure où elle peut être considérée comme une gratification à une personne autre que celle qui la mérite.»

D’ailleurs, dans sa lettre qu’il a envoyée lundi 23 juillet, Heman Jangi rappelle un épisode similaire dont il a été lui-même l’un des principaux protagonistes en juin 2016. Il était alors le responsable du Central Criminal Investigation Department (CCID) lorsqu’il s’est vu proposer le poste de DCP après le départ à la retraite de Vinod Appadoo. «Thereafter you (Mario Nobin) informed me that it would be most unfair and improper to supersede the seniority criteria and at that time, Mr Taujoo, who was my senior, ought to be promoted and I fully concurred with your views to bypass our senior colleagues and Mr Taujoo was promoted», écrit-il.

C’est la première fois que ces deux hauts officiers s’opposent officiellement à leur hiérarchie. Les ACP Dip et Jangi disent être plus qualifiés en termes d’ancienneté et d’expérience pour aspirer à cette promotion que celui dont le nom est cité pour les coiffer au poteau. «Si cette promotion se concrétise, elle pourrait être en infraction à la Prevention of Corruption Act dans la mesure où elle peut être considérée comme une gratification à une personne autre que celle qui la mérite», indique-t-on dans l’entourage des deux hauts gradés.

Heman Jangi, qui compte 43 ans de service au sein de la police, dont 16 passés au CCID, reconnaît toutefois que sur la liste d’ancienneté, il arrive en deuxième position après l’ACP Dip. En effet, Anil Kumarsingh Dip, qui a rejoint la police en septembre 1981, précise, lui, dans sa lettre, expédiée samedi 21 juillet, par voie express, être le plus senior des ACP pour avoir été nommé à ce titre le 22 janvier 2005.

Parmi les 11 points soulevés, il précise: «You (Mario Nobin) will no doubt appreciate that any supersession will give a wrong signal to the entire force and will be a demotivating factor to all performing officers particularly at a time when the question of trust, efficiency and leadership in the police force is the subject of public debate.»

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires