Bijoux et voiture saisis: «Zot pé fer sa vinn enn séga», dit l’amie de Navind Kistnah

Avec le soutien de
L’ICAC soupçonne Navind Kistnah d’avoir remis une somme de Rs 400 000 à son amie.

L’ICAC soupçonne Navind Kistnah d’avoir remis une somme de Rs 400 000 à son amie.

Faux, faux et archi faux ! Du moins, c’est ce que clame l’amie de Navind Kistnah chez qui l’Independent Commission against Corruption (ICAC) a fait une descente, lundi 23 juillet. Bijoux, documents et voiture, entre autres, ont été saisis chez cette habitante de Cottage âgée de 28 ans. Soupçonnée d’être l’une des bénéficiaires du trafic de drogue, suivant la saisie record dans le port en mars 2017, cette jeune mère nie toute complicité avec Navind Kistnah. 

«Navind Kistnah ne m’a jamais transféré la somme de Rs 400 000», clame la jeune femme. D’expliquer que Navind Kistnah et elle sont des amis de longue date. Plus précisément depuis 2008. «Nous ne nous sommes pas rencontrés au Champ-de-Mars comme certains le disent. Je ne fréquente même pas cet endroit. Nous étions amis et nous gardions contact.»

Pour autant, «je n’étais pas au courant de ses transactions ou des délits qu’il aurait pu commettre. Il m’a juste dit qu’il travaillait à la douane comme importateur».

«Je n’étais pas au courant de ses transactions ou des délits qu’il aurait pu commettre. Il m’a juste dit qu’il travaillait à la douane comme importateur.»

Quid de la Suzuki Swift de couleur rouge placée sous scellés ? L’ex-esthéticienne affirme que c’est son époux, Assistant Manager dans un hôtel à Dubaï, qui la lui a offerte. Et ce sont ses proches qui la conduisent, indique-t-elle, car elle ne détient pas de permis. 

Représentée par Mes Sanjeev Teeluckdharry et Anoup Goodarry, l’amie de Navind Kistnah dit coopérer avec la police. «Ena pé dir Navind Kistnah inn donn mwa klimatizer, loto, etc. Manti tousala. Zot pé fer sa vinn enn séga!»  

La mère de la jeune femme martèle, elle aussi, que cette dernière n’est aucunement impliquée dans un trafic de drogue. «Mo tifi inn maryé onet li, so mari ki’nn ofer li tou séki li éna.» D’ajouter que «les bijoux que l’ICAC a pris chez moi sont ceux que son mari lui a donnés et une bonne partie sont des cadeaux qui viennent de moi et de ma famille lors de son mariage». 

Notre interlocutrice soutient, par ailleurs, qu’elle n’était pas au courant d’une amitié entre Navind Kistnah et Amira. «Ma fille et moi sommes comme des amies, elle m’aurait dit si elle fréquentait cet homme. Cependant je ne sais pas, peut être qu’elle l’a connue quand elle été jeune et qu’elle vivait avec son père. Son père et moi sommes séparés depuis qu’elle a 15 ans et elle est restée avec lui jusqu’à sa majorité.» 

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires