Coopérative de Vacoas: les trois défis de Bholah à Jhugroo

Avec le soutien de
Le ministre des Coopératives a organisé une conférence de presse ce lundi 23 juillet pour se defender d’ingérence dans la VPMCS.

Le ministre des Coopératives a organisé une conférence de presse ce lundi 23 juillet pour se defender d’ingérence dans la VPMCS.

Sunil Bholah, ministre des Coopératives, a voulu répondre à Sunil Jhugroo, ce lundi 23 juillet. Ce dernier, après un affidavit en décembre, s’est rendu à l’Independent Commission against Corruption (ICAC), le 19 juillet, dans le cadre de la vente de terres par la Vacoas Popular Multipurpose Cooperative Society Ltd (VPMCS). Il accuse à nouveau Sunil Bholah d’ingérence.

Le ministre a lancé trois défis au membre du board de le coopérative :

  • Expliquer comment il est arrivé au calcul du plus bas soumissionnaire
  • Expliquer comment les frais de courtier d’un des acquéreurs potentiels sont passés de 2 % en septembre 2017 à 6 % en juin 2018
  • Prouver que Sunil Bholah s’est ingéré dans la vente de terres de Flic-en-Flac.

Lors de sa conférence de presse, le ministre est revenu sur l’affaire qui défraye la chronique depuis l’an dernier. «Le Registrar a nommé un caretaker board en 2015. La Vacoas Multipurpose Cooperative Society n’est pas la première dans cette situation. Il y a eu plus de Rs 300 millions de malversations. Sunil Jhugroo présidait le caretaker board. La coopérative avait 37 arpents à vendre à Flic-en-Flac. Il y a eu des négociations entre deux promoteurs. Le 8 septembre 2017, le board au complet s’est réuni et a pris connaissance des deux offres. Il a arrêté les négociations avec l’un et continué avec l’autre. Là, l’Independent Commission against Corruption a démarré une enquête. Tant que l’assemblée générale ne le décide pas, il n’y aura pas de vente. Elle est fixée au 11 août 2018.»

«Propos contradictoires»

Il rappelle que Sunil Jhugroo, depuis le 20 décembre 2017, a juré un affidavit. «Avec des propos contradictoires.» «Il n’a pas eu le courage de me dénoncer à l’ICAC. Quand il est parti là-bas c’est parce que l’ICAC l’a appelé», allègue le ministre. «Je n’ai jamais parlé avec aucun promoteur.»

Le groupe Fontanel & Mone a offert Rs 670 490 000 pour le terrain et Claridge Properties Limited Rs 650 millions. Dans l’offre de Fontanel, il y a des frais de courtier. Claridge n’a pas de frais. «Ils ont tous dit, membres et board, d’ignorer Fontanel. Ce dernier a dit qu’il achèterait en quatre parties, qu’il n’a aucune obligation de tout acheter.» Le 6 juin, les frais de courtier sont arrivés à 6 %, alors qu’ils étaient de 2 %.

Sunil Bholah se défend en disant que cela fait trois ans et demi que son conseiller et le board se sont engagés pour redresser la situation au sein de la coopérative. Alors que Sunil Jhugroo lui avait écrit pour lui dire que dans le board, il y avait des nominés politiques. 

«Si nous faisions des magouilles, est-ce que j’aurais amené Jane Ragoo ?» La syndicaliste siège sur le caretaker board. «Je salue le travail de l’ICAC. Je suis serein. J’ai contacté mes hommes de loi pour répondre à l’affidavit de Jhugroo», a-t-il conclu.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires