Disparition de Stéphane Perne: Le cri de cœur d’un père

Avec le soutien de

«Si mon fils vient à voir cet article, je lui demande de revenir. Ce sera une si grande joie et un grand soulagement pour la famille et moi.» Deux ans après la disparition de son fils aîné, Patrick Perne ne s’en remet toujours pas. «Cela aurait été plus facile si au moins nous avions une piste s’il est mort ou pas», confie-t-il.

Au bord des larmes, il nous raconte le dernier jour où il a vu le visage de son fils Stéphane. «Il m’a appelé quand je suis sorti du travail pour me dire d’aller acheter de la lessive pour la machine à laver. Après, quand je suis rentré à la maison, il allait bien, il m’a raconté sa journée. Par la suite, il est allé à la boutique, mais il n’est jamais revenu.»

Vivant dorénavant avec le seul fils qui lui reste, Patrick Perne garde toujours les affaires de Stéphane. Ce dernier a été un joueur de badminton qui a représenté Maurice au niveau national comme au niveau international. D’ailleurs, selon son père et son frère, le jour de sa disparition, il a pratiqué ce sport.

Le badminton était sa passion et son moyen à lui de décompresser, ayant été diagnostiqué de schizophrénie. «Je ne vais pas cacher que mon fils avait un problème psychologique mais il suivait un traitement à l’hôpital Brown-Séquard. Il subissait une injection tous les mois, ce qui l’aidait à mener une vie normale. Et le jour de sa disparition je vous assure qu’il allait bien.»

Le soir de sa disparition et les jours suivants, toutes les démarches possibles ont été faites pour le retrouver mais elles n’ont pas abouti. «Nous avons organisé des battues de notre propre chef comme avec la police et les chiens renifleurs. Nous avons aussi collé des affiches avec sa photo dans les églises, centres commerciaux et ainsi de suite, avec notre numéro au cas où si quelqu’un l’aurait aperçu mais on ne m’a jamais appelé», déplore ce père. Malgré le temps écoulé, il garde espoir de retrouver son fils.

D’autres disparitions : Les recherches se poursuivent

Ces nombreuses personnes qui demeurent introuvables font sourciller plus d’un. Mais où sont-elles passées ? Personne ne semble avoir la réponse. Les proches n’arrivent pas à remonter la pente. Ils ne savent plus s’ils doivent faire le deuil ou alors garder espoir de les retrouver. Les postes de police du Sud avaient reçu une trentaine de cas de disparition depuis juillet de l’année dernière. Si une quinzaine de ces plaintes se sont avérées de simples cas de fugues, d’autres sont plus compliquées. Trois personnes ont été retrouvées mortes quelques jours après tandis que les neuf autres sont toujours recherchées. La police n’écarte aucune piste et poursuit ses recherches. Deux cas de disparition datent de la mi-2016.

Les cousins Sunnassee

Gavi et Dhanasri, âgés de 17 ans et de 14 ans, sont introuvables depuis le 31 juillet 2017. Gavi avait quitté son domicile pour récupérer sa cousine à ses leçons particulières. Les deux devaient prendre un taxi pour une destination inconnue. Les proches soupçonnent qu’ils aient intégré une secte. Un membre d’une secte avait été interrogé, mais il n’a pu fournir aucun indice pouvant retracer les deux adolescents.

Georges Gérard David

Cet habitant de Cluny, âgé de 56 ans, est introuvable depuis le 22 juin. Il était recherché pour divers cas d’escroquerie et la police soupçonne qu’il aurait déjà quitté le pays pour fuir la justice mauricienne. La police de Rose-Belle met les bouchés doubles pour le retrouver

Indurduth Nowbuth

Les Nowbuth de Gebert Lane, RoseBelle, sont dans l’angoisse. Ils gardent espoir de revoir Indurduth, qu’ils n’ont pas vu depuis le 14 juin. Ce retraité de 78 ans a quitté son domicile pour aller marcher et il n’est plus jamais rentré

Hemantparsad Ramchurn

Cet habitant de Teewaree Lane, Mont-Fertile, New-Grove, ne donne plus signe de vie depuis le 14 avril. Le quinquagénaire n’est pas sain d’esprit.

Roopchand Ramma

Recherché depuis le 21 avril, le retraité de 61 ans souffre de troubles mentaux. Cet habitant de Chamouny a quitté son domicile vers 5 heures. Ses proches pensaient qu’il allait rentrer peu après, mais en vain.

Ashvin Nunkoo

Originaire de RivièreDragon, Britannia, le jeune homme, âgé d’une trentaine d’années, ne donne plus de signe de vie depuis juillet 2016. Il s’était rendu chez ses parents à Rivière-Dragon, pour passer le week-end et devait regagner son appartement le dimanche. Le samedi le 23 juillet, aux alentours de 13 heures, il a informé son frère qu’il partait courir dans la région. Mais il n’est jamais rentré. Ses proches espèrent toujours le retrouver en vie .

Kaylan Soobrayen

Cet habitant de Beau-Vallon est porté disparu depuis le 13 juin. Lorsqu’il a été vu pour la dernière fois, par le personnel de l’hôpital de RoseBelle, il se trouvait près d’un terrain de foot de la localité.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires