Prêt kenyan: des têtes tomberont à la SBM

Avec le soutien de
La SBM Tower est en pleine tempête suivant un prêt transfrontalier de Rs 7 milliards.

La SBM Tower est en pleine tempête suivant un prêt transfrontalier de Rs 7 milliards.

Des personnes seront-elles démises de leurs fonctions dans le sillage des résultats de l’enquête forensic en cours à la SBM Tower ? C’est du moins ce qui ressort de sources autorisées venant de la Banque de Maurice qui a nommé les auditeurs d’Ernst & Young (EY) d’Afrique du Sud pour enquêter sur la controverse entourant le prêt transfrontalier de Rs 7 milliards accordé à un consortium kenyan.

Le hic, c’est que 50 % de ce prêt a bénéficié d’un contrat de dette signé avec le gouvernement (assignment of debts) dont la majorité des débiteurs ne sont pas solvables. Or, les services du comité sur les prêts (loan committee) ne l’ont pas découvert au moment de son décaissement.

Il a fallu que les auditeurs d’EY vérifient le compte du deuxième groupe bancaire pour découvrir le pot aux roses. D’où la décision de la Banque centrale d’ouvrir une enquête pour s’assurer que toute la lumière soit faite sur cette affaire et éviter qu’il y ait des tentatives de cover-up.

Pour le moment, la Banque centrale attend les conclusions du rapport d’EY d’Afrique du Sud pour prendre la décision qui s’impose. Toutefois, dans l’entourage de son équipe de direction, on souligne volontiers que des sanctions sévères seront infligées aux responsables de ce dossier. «Il faudra s’attendre que des têtes tomberont car une telle légèreté dans la préparation d’un dossier de prêt de Rs 7 milliards n’est pas permise», remarque-t-on à la BoM Tower.

 L’étau se resserre autour d’un membre de l’équipe de direction et d’un cadre qui se trouveraient au centre de cette controverse. En effet, le consortium kenyan était leur client. Et cela, depuis qu’ils étaient dans une banque concurrente. Par ailleurs, les services d’Afsar Ebrahim, Deputy Group Managing Partner chez BDO, ont été retenus pour réorganiser les structures afin d’éviter de telles failles à l’avenir

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires