Balles sur le vol de Perth: le passager Sud-Africain ne peut quitter Maurice

Avec le soutien de
Les professionnels de l’aviation se demandent comment ces balles ont pu passer la sécurité de l’aéroport australien.

Les professionnels de l’aviation se demandent comment ces balles ont pu passer la sécurité de l’aéroport australien.

Il est passé en cour de Mahébourg et a retrouvé la liberté conditionnelle, jeudi 19 juillet. Cela, après avoir réglé une caution de Rs 10 000 et une reconnaissance de dette de Rs 50 000. Mais ce Sud-Africain, sur lequel 21 balles ont été retrouvées en plein vol, fait l’objet d’une «objection to departure». Entre-temps, la police compte boucler l’enquête et envoyer le dossier au bureau du Directeur des poursuites publiques.

L’affaire remonte à dimanche. En transit à Maurice, en provenance de Perth, Australie, le personnel d’Air Mauritius est tombé des nues en découvrant une balle dans la cabine. Les autorités mauriciennes ont été alertées à l’atterrissage et une fouille a permis d’en récupérer 20 autres sur le passager. Arrêté, le Sud-Africain a expliqué aux enquêteurs que les munitions étaient destinées à son père, qui détient un port d’arme, en Afrique du Sud.

Les balles étaient dans ses bagages à main, dans la cabine d’avion. Selon le ressortissant, il s’agit tout simplement d’un «oubli». Le passager en transit a également souligné qu’il a, à un moment donné, lui aussi détenu un revolver. Mais qu’il y a depuis renoncé. Au niveau de la police, on explique qu’il a été en mesure de prouver ses dires.

Détecteurs éteints ?

Cependant, dans les milieux de l’aviation, on a du mal à comprendre comment le Sud-Africain a pu embarquer avec 21 balles enfouies dans ses bagages à main. Surtout que les mesures de sécurité à l’aéroport de Perth sont qualifiées de «strictes». «Il n’y a qu’à demander aux Mauriciens qui s’y rendent. À travers des exercices de profiling, plusieurs sont fouillés. Mêmes les gâteaux locaux qu’ils emmènent dans leurs bagages à main risquent d’être détruits», fait-on valoir dans les milieux concernés. D’ajouter qu’il se peut que les détecteurs de métaux aient été éteints au moment où le passager est passé par les contrôles de sécurité. Ou alors qu’aucun exercice de profiling n’a été effectué.

Contactée par l’express, la direction de l’aéroport de Perth n’a pas été en mesure de donner des explications concernant cet incident. Elle a toutefois indiqué que l’officier de sécurité qui a travaillé ce jour-là a été suspendu. Outre les autorités aéroportuaires, une enquête est également menée par le Department of Home Affairs.

Publicité
Publicité
Rejoignez la conversation en laissant un commentaire ci-dessous.

Ailleurs sur lexpress.mu

Les plus...

  • Lus
  • Commentés
  pages consultées aujourd'hui Statistiques et options publicitaires